Cet article date de plus de six ans.

Loi Travail : "La réaction du Medef c'est la déception" (Alexandre Saubot)

Le Medef fait part de sa déception après les compromis décidés par Manuel Valls sur le projet de loi travail.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

 "L'avant-projet, c'était la première réforme pour l'emploi depuis longtemps ", déplore Alexandre Saubot sur France Info. Président de l'UIMM et négociateur social du Medef, il estime que "ce projet de loi, dans sa première version, était une vraie initiative pour remettre à bord du marché du travail les plus fragiles de nos concitoyens ".

Le Medef ne baisse pas les bras affirme Alexandre Saubot : "On est au milieu du processus. Il reste l'examen du texte en commission des Affaires sociales puis au parlement ", prévient-il. "Cette volonté de combat ne s'arrêtera jamais ".

Il s'insurge contre "des mesures qui touchent au coeur du fonctionnement des PME ", à savoir la nécessité pour les entreprises de moins de 50 salariés de recourir à un mandataire syndical pour négocier sur le forfait-jours. Il regrette également l'abandon du plafonnement des indemnités prud'homales, estimant qu'avec la version initiale du texte, elles pouvaient aller "jusqu'à 25 mois de salaire ".

Alexandre Saubot, en outre, ne voit guère qu'un rattrapage des autres pays européens sur l'assouplissement des conditions de licenciement : "Se mettre dans la norme ne nous rendra pas meilleur que les autres. Ca nous rendra comme les autres ". Il refuse par ailleurs la perspective de voir les CDD surtaxés.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.