Cet article date de plus de huit ans.

Les violences des taxis donnent une "image désastreuse" du pays (Macron)

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron est revenu ce vendredi sur la journée de grève mouvementée des chauffeurs de taxis jeudi. Il a dénoncé des "violences inadmissibles", qui donnent une "image désastreuse" du pays. Les chauffeurs ont annoncé la reprise du travail ce vendredi soir.
Article rédigé par Maxime Bacquié
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
  (Des centaines de chauffeurs de taxi en colère ont bloqué la circulation jeudi Porte Maillot à Paris © MaxPPP)

Alors que la plupart des chauffeurs de taxis en colère contre UberPop ont repris le travil ce vendredi, le ministre de l'Economie Emmanuel Macron a lancé une violence charge contre eux. En visite à Washington aux Etats-Unis, il a dénoncé les violences qui ont émaillé les manifestations dans plusieurs grandes villes de France jeudi. Pour Emmanuel Macron, ces "violences inadmissibles " donnent une "image absolument désastreuse " du pays. 

"Il est normal qu'il y ait de l'innovation" Macron

Le ministre de l'Economie a reconnu que la colère des chauffeurs de taxis était "légitime " contre UberPop, une "activité illégale " a-t-il réaffirmé. Mais il a tenu à rappeler la distinction entre UberPop et Uber, la compagnie de tourisme avec chauffeur (VTC). "Il faut arrêter cette polémique archaïque qui consiste à vouloir stigmatiser les VTC. Il est normal qu'il y ait de l'innovation, de nouvelles pratiques dans le secteur de la conduite ", a-t-il affirmé.

Les taxis reprennent le travail

Jeudi, plus de 3.000 chauffeurs de taxis ont manifesté dans plusieurs villes de France. François Hollande et le gouvernement ont réaffirmé leur volonté de faire fermer le service de transport entre particuliers. Ce vendredi, le président de la Chambre syndicale des artisans du taxi Christian Delomel a appelé vendredi à la "levée du blocus " et à la reprise du travail, estimant avoir "obtenu des gages suffisants " de la part du gouvernement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.