Cet article date de plus de douze ans.

Les ministres des Finances de la zone euro se sont mis d'accord sur les conditions d'une aide éventuelle à la Grèce

Elle passe par des prêts d'un montant d'au moins 30 milliards d'euros, a annoncé dimanche leur chef de file, Jean-Claude Juncker."Les Etats membres de l'Eurozone vont mettre à disposition" de la Grèce "des fonds via des prêts bilatéraux", a déclaré M. Juncker, précisant que "tous les Etats membres de la zone euro participeront".
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Jean-Claude Juncker, président de l'Eurogroupe (AFP - Dominique Faget)

Elle passe par des prêts d'un montant d'au moins 30 milliards d'euros, a annoncé dimanche leur chef de file, Jean-Claude Juncker.

"Les Etats membres de l'Eurozone vont mettre à disposition" de la Grèce "des fonds via des prêts bilatéraux", a déclaré M. Juncker, précisant que "tous les Etats membres de la zone euro participeront".

"Il n'y a pas de décision d'activer ce mécanisme mais nous sommes prêts", a dit Jean-Claude Juncker. "Le gouvernement grec n'a pas demandé l'activation du mécanisme bien qu'il soit immédiatement disponible. Nous croyons que nous pourrons continuer d'emprunter sans entraves sur les marchés", a indiqué Athènes par la voix de son ministre des finances.

"Le montant total pris en charge par les Etats membres de la zone euro pour la première année s'élèvera à 30 milliards d'euros, chiffre qui doit être complété et co-financé par le FMI", a-t-il ajouté. Le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn, a qualifié de "correct" un ordre de grandeur de deux tiers des montants des prêts provenant de la zone euro, et un tiers du FMI.

L'accord a été conclu lors d'une réunion des ministres par téléconférence, convoquée en urgence, qui a permis de valider un compromis trouvé au niveau des hauts fonctionnaires vendredi à Bruxelles.

"La formule entérinée pourrait aboutir à un taux d'intérêt d'environ 5%. Par exemple pour un prêt à taux fixe sur trois ans à la Grèce, le taux serait d'environ 5%", a dit Olli Rehn.

"La formule de fixation du taux, ces prêts, si nécessaire, seront accordés à des taux d'intérêt non-préférentiels et la formule de fixation utilisée par le FMI est une référence pertinente, bien qu'avec certains ajustements", a-t-il déclaré.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.