Cet article date de plus de six ans.

Les chantiers navals de Saint-Nazaire sont à vendre

La banque coréenne KDB, qui est aussi actionnaire principal des chantiers navals STX, a confirmé son intention de vendre ses filiales européennes. Les syndicats de STX France à Saint-Nazaire ont appris la nouvelle ce vendredi.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (© Maxppp - Mise sur cale du paquebot Oasis construit aux chantiers de l'Atlantique STX de Saint-Nazaire)

La filière européenne de STX est à vendre. Et donc du même coup STX France, qui comprend les anciens chantiers de l'Atlantique à Saint-Nazaire. La banque coréenne KDB, actionnaire principal des chantiers, a confirmé son intention de vendre ses actifs.

"La direction a informé jeudi le comité d'entreprise qu'une plaquette avait été réalisée pour démarcher les investisseurs ", précise Christophe Morel, délégué syndical CFDT.

Le groupe avait déjà annoncé il y a quelques mois son intention de vendre. Endetté, la vente de STX France, dont il détient 66,6%, pourrait l’aider à retrouver des liquidités.

Les syndicats vigilants

Environ 2500 personnes travaillent sur les chantiers de Saint-Nazaire. Les syndicats restent vigilants sur la suite des événements, comme l’explique Jean-Michel Savary, élu CGT et secrétaire du comité d'entreprise :

"La vente du chantier, on ne la craint pas plus que ça. Nous ce qu’on veut, c’est ne pas se retrouver avec des financiers qui sont là pour faire de l’argent sur le dos des travailleurs (…) Mais un industriel qui prenne l’affaire en main et permette aux chantiers de travailler tout le temps"

Un carnet de commandes rempli

Après de nombreuses années de vaches maigres et d’inquiétudes face à leur avenir, les employés peuvent aujourd’hui se reposer sur un carnet de commandes bien rempli : "Nous avons un plan de travail qui nous emmène jusqu’en 2019 ".

En décembre, la compagnie américaine Royal Caribbean International a commandé un paquebot géant, alors que les chantiers allaient boucler une année sans commande. En mars encore, une commande record a été passée par l'armateur italo-suisse pour deux paquebots géants. L’entreprise se diversifie en plus depuis deux ans dans les énergies marines renouvelables.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.