Cet article date de plus de treize ans.

Le plan de restructuration de Goodyear suspendu

Le tribunal de grande instance de Nanterre a stoppé vendredi le plan social de l'usine d'Amiens supprimant 820 postes
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Le plan social de l'usine de pneumatiques de l'usine d'Amiens-Nord prévoit plus de 800 suppressions de postes (© France 3)
Le tribunal de grande instance de Nanterre a stoppé vendredi le plan social de l'usine d'Amiens supprimant 820 postesLe tribunal de grande instance de Nanterre a stoppé vendredi le plan social de l'usine d'Amiens supprimant 820 postes

En cause, un défaut de consultation. Le TGI a constaté "que les informations données au comité central d'entreprise sont incomplètes sur la restructuration (...) en ce que notamment le plan présenté n'est pas complet sur le devenir de la production des pneumatiques agricoles".

Le recours avait été déposé par le Comité central d'entreprise et la CGT.

La direction du groupe, plus grand manufacturier américain de pneumatiques, avait annoncé le 26 mai dernier un plan de restructuration en invoquant une surcapacité de production liée à la crise et une procédure d'information avait été lancée.

Ce plan remplaçait un premier projet incluant 402 suppressions de postes, qui avait été retiré en mars compte tenu de la dégradation de la situation économique.

Ce plan s'était révélé deux fois supérieur à une précédente restructuration touchant 402 emplois, une restructuration que le tribunal de Nanterre avait interdit pour non respect des procédures légales (novembre 2008).

La cour d'appel de Versailles avait annulé l'ordonnance rendue à Nanterre, mais la direction avait annoncé qu'un plan plus important était en préparation, en raison de la crise économique.

Le site d'Amiens Nord emploie au total 1.400 personnes sur environ 3.500 en France. La production de pneumatiques agricoles est forte de 550 salariés et 817 personnes travaillent pour la division tourisme, qui a trouvé un repreneur.

Le plan prévoit le maintien de la "production agraire" à Amiens, mais aucun repreneur n'a pour l'instant été trouvé. "Aujourd'hui, on est dans l'incapacité de présenter un projet sur l'agricole abouti comme on a été en capacité d'en présenter un sur le tourisme", a précisé un porte-parole de l'entreprise, Sophie Durand, même si des repreneurs potentiels se sont "montrés intéressés".

Réactions syndicales

Peu après l'annonce de la suspension du plan de restructuration, la CGT a demandé à la direction de la société américaine Goodyear de "revenir à la raison".

"Une fois de plus nous demandons à la direction de revenir à la raison, de se mettre autour d'une table avec nous et de discuter de l'avenir industriel du site", a déclaré le secrétaire CGT de Goodyear Dunlop, Mickael Wamen.

"C'est une grande joie, une énorme satisfaction du travail accompli par notre syndicat depuis le début. Je rappelle que la CGT avait déjà fait capoter un premier plan social il y a un an", s'est félicité le syndicaliste.

Pour lui, "il n'y a pas de raison valable économique à ce plan social, c'est une vengeance personnelle de la direction qui n'a pas réussi à mettre en place (la nouvelle organisation du travail) les 4X8".

De son côté, Virgilio Mota da Silva, délégué Sud chez Goodyear , a estimé que "la direction démontre une fois de plus son incompétence et le paye".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Éco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.