Le patron d'Apple, l'américain Steve Jobs, s'est vu décerner le titre de meilleur patron du monde

Ce n'est pas une obscure revue d'informatique ou un blog de fans de la firme à la pomme qui lui a décerné ce titre mais la très sérieuse "Harvard Business Revue", éditée par la grande école américaine.Pour attribuer ce titre, la revue se base sur l'augmentation de la valeur de l'entreprise depuis le retour du PDG à la tête de l'entreprise en 97.

Steve Jobs, PDG d\'Apple,  présente l\'Iphone
Steve Jobs, PDG d'Apple, présente l'Iphone (AFP/TONY AVELAR)

Ce n'est pas une obscure revue d'informatique ou un blog de fans de la firme à la pomme qui lui a décerné ce titre mais la très sérieuse " Harvard Business Revue", éditée par la grande école américaine.

Pour attribuer ce titre, la revue se base sur l'augmentation de la valeur de l'entreprise depuis le retour du PDG à la tête de l'entreprise en 97.

Avec 150 milliards de dollars de capitalisation boursière gagnés en bourse par la firme à la pomme depuis l'arrivée de Steve Jobs en 1997, il n'est guère étonnant qu'il remporte la palme.

Cette consécration de Steve Jobs intervient alors qu'Apple fait la Une pour le triomphe de son Iphone, les rumeurs sur sa tablette et son cours de bourse. Le cours d'Apple a d'ailleurs atteint un record dans la semaine, malgré la crise...

Le succès de l'Iphone et de son modèle

Apple a annoncé que plus de trois milliards d'applications avaient été téléchargées sur sa boutique en ligne AppStore destinée à ses iPhone et iPod Touch. "C'est du jamais vu" a déclaré mardi Steve Jobs, le cofondateur et patron du groupe, en mettant en avant non seulement le succès de son téléphone conçu et produit par Apple mais aussi le système économique lié à la conception de l'Iphone qui oblige à passer par la plateforme de chargement Itune d'Apple pour télécharger ces applications (plateforme qui sert aussi à télécharger les musiques et les vidéos utilisables sur l'Iphone ou les ordinateurs).

Les applications sont vendues généralement entre un et dix euros. Certaines sont gratuites.
Dans son modèle économique, Apple perçoit 30% des recettes générées par chaque logiciel mis en vente sur son AppStore, le solde revenant à l'éditeur qui a développé le programme. D'après un cabinet de recherche, la vente de ces applications pourrait avoir rapporté 62 milliards de dollars en 2009 à Apple.

En France, les trois quarts (77%) des téléphones vendus à Noël avec un forfait par Orange, numéro un de la téléphonie mobile en France, ont été des iPhones d'Apple , a affirmé mercredi le PDG de France Télécom Didier Lombard. Fin décembre, Orange en avait vendu 1,7 million en France et SFR plus de 500.000 à fin octobre, tandis que Bouygues Telecom en a commercialisé 330.000 à fin novembre.

Islate ou Itablette

Le succès de l'Iphone pourrait se décliner prochainement sur un format plus grand qui pourrait marquer l'arrivée d'Apple sur le marché des tablettes pouvant faciliter la lecture des oeuvres sur écran. Les rumeurs vont bon train et les blogs affichent des photos plus ou moins réalistes sur ce que pourrait être cette tablette qui pourrait révolutionner la lecture, la presse et l'industrie des ordinateurs portables.

L'Islate (nom qui tient la corde) d'Apple pourrait être présentée le 26 ou 27 janvier, selon les rumeurs. Preuve de l'intérêt porté au marché du livre électronique, Le salon mondial de l'électronique de Las Vegas lui a ménagé un espace particulier. Plus de 50 exposants proposent appareils et accessoires pour lire sur écran, convaincus par les prédictions d'explosion des ventes: doublement cette année du principal marché, aux Etats-Unis, selon Forrester Research. Microsoft a d'ailleurs présenté son modèle de "slate" (ardoise en anglais) lors de cette manifestation.

Au delà des aspects techniques des tablettes présentées ou à venir, Apple possède une vraie avance en maîtrisant la chaîne de distribution et de paiement en ligne.

Enfin , en ces temps où l'environnement est un élément marketting déterminant, la firme de Steve Jobs a reçu les félicitations de Greenpeace pour sa politique de recyclage et l'usage de matériaux polluants. Il y a quelques années, Apple avait été mise en cause dans ce secteur. Entre temps, Al Gore était entré au conseil d'Apple.