Le ministre du Budget estime, dans les Echos de jeudi, que l'Etat doit réduire ses dépenses de fonctionnement

M.Woerth avance "au moins 10 milliards". Favorable à des "règles plus contraignantes" en matière de déficit, il évoque un objectif inscrit dans la Constitution ou une loi organique, mesure s'inspirant de l'Allemagne.Le gouvernement veut ramener le déficit public de 8,5% en 2010 à moins de 3% en 2014 voire en 2013 si la croissance est suffisante.

Le ministre du Budget Eric Woerth, en octobre 2008.
Le ministre du Budget Eric Woerth, en octobre 2008. (France 3)

M.Woerth avance "au moins 10 milliards". Favorable à des "règles plus contraignantes" en matière de déficit, il évoque un objectif inscrit dans la Constitution ou une loi organique, mesure s'inspirant de l'Allemagne.

Le gouvernement veut ramener le déficit public de 8,5% en 2010 à moins de 3% en 2014 voire en 2013 si la croissance est suffisante.

"Comme nous avons déjà engagé de nombreuses réformes structurelles au sein de l'administration, nous pouvons aujourd'hui programmer des réductions forfaitaires 'éclairées' susceptibles d'être vraiment réalisées", affirme-t-il dans cet entretien.

Soulignant que la loi de programmation pluriannuelle 2009-2011 a permis que "les dépenses de l'Etat ne progressent pas plus vite que l'inflation", il estime qu'il faudra "aller plus loin dans le cadre de la prochaine loi de programmation 2011-2013".

Interrogé sur une éventuelle inscription d'un objectif chiffré de réduction des déficits dans la Constitution ou dans une loi organique, comme en Allemagne, M.Woerth se dit favorable "à ce que l'on affiche des règles plus contraignantes sur le solde budgétaire et sur le niveau des dépenses publiques, dans un texte qui aurait une portée supérieure à une loi 'classique'".

M.Woerth va également demander jeudi des efforts d'économies et de productivité aux opérateurs de l'Etat, plus de 600 organismes du service public comme Météo France ou le Centre des monuments nationaux. "Nous allons réduire leurs dépenses de fonctionnement", annonce-t-il, avançant un objectif de baisse de 10% en trois ans.

Rappelant que les frais de fonctionnement des plus gros opérateurs ont progressé de 10% entre 2007 et 2009 et leurs effectifs augmenté de 6%, M.Woerth annonce le non remplacement d'un départ à la retraite sur deux à partir de 2011, afin de réaliser des gains de productivité de 1,5% par an en moyenne. La rémunération au mérite sera par ailleurs généralisée pour les équipes de direction. En matière d'immobilier, les agents se verront aussi appliquer la règle des 12 mètres carrés par personne, contre 15 à 60 mètres carrés actuellement.