Cet article date de plus de dix ans.

Le géant des télécoms a annoncé jeudi sa décision de se séparer de 20 % de ses employés en Espagne

Telefonica, qui compte 269.000 employés dans le monde, dit avoir été affecté dans ses résultats en Espagne par un "environnement économique difficile", à cause de l'intense crise économique traversée par le pays depuis fin 2008.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Logo du groupe de télécoms espagnol Telefonica (ici à Madrid) (AFP - DOMINIQUE FAGET)

Telefonica, qui compte 269.000 employés dans le monde, dit avoir été affecté dans ses résultats en Espagne par un "environnement économique difficile", à cause de l'intense crise économique traversée par le pays depuis fin 2008.


Le groupe international, qui reste leader sur le marché espagnol, doit parallèlement faire face à une "concurrence accrue" avec des pratiques "agressives" en matière de prix, notamment dans l'internet.

Résultat: son chiffre d'affaire espagnol "a chuté" de 5,9 % en 2009 et de 4,4 % en 2010, tandis que la part du marché de Telefonica en Espagne est passée de 55 % en 2008 à 53 % en 2010.

Telefonica entend aussi désindexer les salaires de l'inflation et lier les revalorisations des revenus aux performances. Le groupe prévoit en outre de se défaire d'actifs ou participations non essentiels, en particulier dans le domaine immobilier. Il espère récupérer 600 millions d'euros de ces ventes entre 2011 et 2013.

Il a pourtant affiché des résultats record en 2010 au niveau du groupe, avec un bénéfice net en hausse de 30,8 % à 10,17 milliards d'euros, un chiffre d'affaires de 60,7 milliards (+ 7,1%). Ces résultats sont surtout dûs aux activités et aux participations en Amérique latine où il est fortement implanté (en particulier au Brésil).

Après de tels résultats, Telefonica aura des difficultés à présenter un plan de licenciements en Espagne, ont affirmé les syndicats. De son côté, le ministre du Travail, Valeriano Gomez, a souligné que le moment n'était pas bien choisi pour une réduction "aussi importante" à l'heure où le chômage est au plus haut niveau depuis 13 ans en Espagne avec 20,33 % de la population active (4e trimestre 2010).

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.