Cet article date de plus d'onze ans.

Le constructeur Boeing a annoncé jeudi qu'il envisageait de reporter de "quelques semaines" la livraison du premier 787

Le "Dreamliner" arriverait alors début 2011 au lieu de fin 2010."Notre plan reste de livrer le premier 787 Dreamliner à la fin 2010. Mais nous pourrions repousser de quelques semaines à 2011", a annoncé le patron de ce programme, Scott Fancher. Il a précisé que les travaux de correction d'un défaut sur l'empennage étaient toutefois terminés.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un Boeing 787 Dreamliner aux couleurs d'Air Berlin. (AFP / The Boeing Compagny / HO)

Le "Dreamliner" arriverait alors début 2011 au lieu de fin 2010.

"Notre plan reste de livrer le premier 787 Dreamliner à la fin 2010. Mais nous pourrions repousser de quelques semaines à 2011", a annoncé le patron de ce programme, Scott Fancher. Il a précisé que les travaux de correction d'un défaut sur l'empennage étaient toutefois terminés.

En juin, Boeing avait assuré que les problèmes constatés sur l'empennage horizontal de ce nouveau long courrier ne perturberaient pas le calendrier de ce programme, et que la première livraison à la compagnie japonaise ANA restait prévue cette année.

La structure innovante du 787, composée à 50% de matériaux composites, et sa fabrication éclatée sur plus d'une centaine de sites ont causé de nombreux problèmes techniques à Boeing.

Le premier vol d'essai du Dreamliner s'est déroulé le 22 décembre 2009, avec deux ans de retard.

Mercredi, la compagnie australienne Qantas avait en revanche annoncé qu'elle recevrait ses premiers 787 à partir de la mi-2012, en avance de deux ans.

Boeing avait annoncé fin mai qu'il comptait accélérer la production de l'appareil, de 2 modèles par mois actuellement, à 10 modèles par mois d'ici la fin 2013. Il avait alors vanté un carnet de commandes de 860 avions.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.