Cet article date de plus de dix ans.

Le constructeur automobile français a annoncé que des mesures de chômage partiel seront appliquées en novembre.

Objectif pour Renault : réguler ses stocks. Son concurrent PSA Peugeot Citroën a pour sa part déjà fermé certaines de ses usines pour quelques jours en octobre.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.

Objectif pour Renault : réguler ses stocks. Son concurrent PSA Peugeot Citroën a pour sa part déjà fermé certaines de ses usines pour quelques jours en octobre.

Renault tient à relativiser ces mesures de chômage partiel, en soulignant qu"il s"agit de réguler les stocks et que l"activité « reste très forte. » Renault, qui a connu au printemps des problèmes d'approvisionnement sur un moteur diesel, a en effet produit davantage après l'été pour faire face à la demande des clients qui n'avaient pas pu être satisfaite.

L'usine de Douai (Nord), où sont produits les monospace Scenic et la Mégane coupé cabriolet et qui emploie environ 4.800 salariés, sera fermée du 26 octobre au 1er novembre inclus. Sandouville, Seine-Maritime, nord-ouest, où sont produits l'Espace et la Mégane, avec 2.400 salariés, fera le pont du 1er novembre, tout comme Flins, dans les Yvelines, où sont montées les Clio avec 2.700 salariés. En dehors de la France, l'usine de Novo Mesto en Slovénie sera fermée de dimanche à mardi inclus.

Une mesure qui n"est pas vraiment du goût des syndicats. La CGT, deuxième syndicat du groupe, a dénoncé "une certaine opacité de la direction sur les raisons qui motivent les décisions de journées chômées" via son délégué Fabien Gâche. Pour autant, il ne se montre pas trop inquiet. "Sur la base des déclarations de Carlos Ghosn (PDG de Renault ndlr), on ne devrait pas avoir plus de journées de chômage partiel d'ici la fin de l'année", a-t-il estimé.

L'autre constructeur français, PSA, avait annoncé dès le mois de septembre que certains de ses sites seraient touchés par des mesures de chômage partiel ce mois-ci. Selon la CGT, il était prévu que le site d'Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis chôme six jours, Poissy, dans les Yvelines, cinq jours, Rennes cinq jours, Mulhouse

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.