Cet article date de plus d'onze ans.

La moitié des bonus seront étalés sur trois ans

Les banques françaises se sont engagées jeudi à ce que la moitié "au moins" des bonus soient étalés sur 3 ans
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Les banques françaises se sont engagées jeudi à ce que la moitié "au moins" des bonus soient étalés sur 3 ansLes banques françaises se sont engagées jeudi à ce que la moitié "au moins" des bonus soient étalés sur 3 ans

A la veille du G20 Finances qui se tiendra à Saint-Andrews (Grande-Bretagne) à partir de vendredi, elles se sont aussi engagées à attribuer "au moins" la moitié de ces bonus sous forme d'actions.

Ces engagements, présentés lors d'une conférence de presse à Bercy, ont été pris par les banques françaises sous la forme de normes professionnelles, conformément à ce qu'elles avaient annoncé fin août à la demande du président Nicolas Sarkozy et aux recommandations du G20 de Pittsburgh.

Ils complètent un arrêté publié jeudi dans le Journal officiel, encadrant les rémunérations des opérateurs de marché.

Chaque pays membre du G20 sera sollicité par la France
Lors de la conférence de presse, la ministre de l'Economie Christine Lagarde a indiqué qu'elle demanderait, lors du G20 Finances de Saint-Andrews (Grande-Bretagne) qui s'ouvre vendredi, "à chaque membre de rendre compte de la manière dont les principes de rémunération sont mis en oeuvre dans leur législation nationale".

La ministre demandera également un rapport sur l'application des recommandations du G20 de Pittsburgh au président du Conseil de stabilité financière (CSF) Mario Draghi, qui doit le lui remettre en mars 2010.

"Je considère que j'ai fait mon devoir", a pour sa part déclaré le président de la Fédération bancaire française (FBF) Baudouin Prot.
"Je n'ai pas fait tout ça parce que j'étais contraint, je considérais que c'était légitime et fondé", a-t-il ajouté.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.