La banque suisse UBS va supprimer près de 10 000 emplois d'ici 2015

La première banque helvétique, qui veut abandonner certaines activités risquées dans la banque d'affaires, a subi une perte de 1,8 milliard d'euros au troisième trimestre.

Devant une agence UBS à Zurich (Suisse), en octobre 2011.
Devant une agence UBS à Zurich (Suisse), en octobre 2011. (FABRICE COFFRINI / AFP)

ECONOMIE - Passer de 63 500 à 54 000 employés d'ici 2015 : c'est l'objectif, annoncé mardi 30 octobre, de la plus importante banque suisse, UBS, qui souhaite restructurer sa division banque d'affaires. L'établissement zurichois, qui veut abandonner certaines activités risquées dans la banque d'affaires a subi une lourde perte de 2,2 milliards de francs suisses (1,8 milliard d'euros) au troisième trimestre 2012.

Les comptes de la banque ont plongé en raison d'une charge exceptionnelle de 3,1 milliards de francs suisses (2,5 milliards d'euros) liée à cette restructuration et d'une charge sur sa dette de 863 millions (713 millions d'euros).

La décision de réduire les effectifs, annoncée dans un communiqué, "a été difficile à prendre, particulièrement dans une activité comme la nôtre qui est basée sur les personnes", a indiqué le directeur général, Sergio Ermotti. "Nous avons bonne confiance que les mesures que nous prenons maintenant assureront la réussite à long terme de l'entreprise dans cet environnement réglementaire et économique fondamentalement changé et qu'à l'avenir elles généreront des rendements durables pour nos actionnaires", précise la banque. UBS compte ainsi faire des économies de 5,4 milliards de francs suisses (4,5 milliards d'euros) d'ici trois ans.