Cet article date de plus de six ans.

L'Etat veut baisser le salaire de certains patrons

Le gouvernement fait pression sur les patrons afin qu'ils baissent leurs salaires. Cela concerne les entreprises dont l'Etat est actionnaire minoritaire. Dans la ligne de mire : Orange, Renault ou Air France. L'objectif est de réduire les rémunérations d'un tiers. Mais les moyens de pressions pour y parvenir restent limités. 
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

A l'été 2012, le gouvernement a déjà plafonné les rémunérations des patrons d'entreprises publiques à 450.000 euros maximum. Cette fois-ci, le gouvernement s'en prend aux entreprises dans lesquelles l'Etat détient des participations minoritaires. 

La menace du gouvernement est claire.
Si les patrons de ces entreprises ne réduisent pas leur salaire, de 30 % espère même le ministère de
l'Economie, alors l'Etat votera contre leur rémunération lors des assemblées
générales qui se tiendront au printemps.

Un avis mais sans sanctions

Mais la menace est limitée. Le
gouvernement s'appuie en fait sur une nouvelle disposition. Depuis l'an
dernier, les actionnaires peuvent voter sur le salaire des dirigeants mais
ce n'est qu'un avis qui n'est suivi d'aucune sanction.

Malgré tout le gouvernement y voit un
moyen de faire pression sur les patrons trop gourmands. Si le vote en assemblée
général est négatif, l'entreprise devra en tenir compte, assure Bercy.

2,6 millions d'euros pour Carlos Ghosn

Pour l'heure, cela n'a pas influencé
les conseils d'administrations des entreprises dont l'Etat est actionnaire. C'est
là que se décident les rémunérations des dirigeants. Chez Renault par exemple,
les revenus de Carlos Ghosn
 sont restés stables en 2013 au dessus de 2,6 millions d'euros.

Chez GDF-Suez en revanche, Gérard
Mestrallet a renoncé à la moitié de sa part variable. Il touche un peu plus de 2,2
millions d'euros. Une décision liée à la santé de l'entreprise, précise-t-on chez
GDF-Suez. Des chiffres qui sont loin des incitations du gouvernement. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.