Cet article date de plus de douze ans.

Kouchner: "taxer les mouvements de capitaux"

Le ministre des Affaires étrangères français plaide pour une taxe sur les transactions financières
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Bernard Kouchner (© France 2)
Le ministre des Affaires étrangères français plaide pour une taxe sur les transactions financièresLe ministre des Affaires étrangères français plaide pour une taxe sur les transactions financières

Dans Les Echos de jeudi, Bernard Kouchner relance l'idée d'une "contribution solidaire internationale" sur les mouvements de capitaux pour financer le développement.

Selon lui, une telle taxe "devrait rapporter de 20 à 30 milliards d'euros" et Londres est déjà prêt à travailler avec Paris sur le principe de cette contribution.

Bernard Kouchner, qui assure également avoir reçu le soutien du président de la Commission européenne José Manuel Barroso, ne pense pas en revanche que cette proposition "sera discutée à l'Assemblée générale de l'Onu" qui se tient actuellement à New York. Il faudra "plus de temps, d'approche et de patience", explique-t-il dans Les Echos.

Selon lui, ce "prélèvement de 0,005%" qu'effectueraient les banques, soit 5 centimes pour 1.000 euros, "pourrait rapporter de 20 à 30 milliards d'euros selon la nature des transactions concernées" au niveau mondial.

Ensuite, "il faudra créer un contrôle pour savoir quel pays doit en bénéficier, quelle est sa capacité d'absorption pour ce financement et sur quel projet et qui doit en bénéficier", précise encore Bernard Kouchner.

Cette idée de taxe sur les transactions financières est inspirée de la taxe Tobin, suggérée dès 1972 par le prix Nobel d'économie James Tobin. A cette différence près: Tobin proposait une taxe des transactions monétaires comprise entre 0,05% et 1%. La taxe proposée par Bernard Kouchner serait de 0,005%.

Le ministre allemand des Finances, Peer Steinbrück, a fait une proposition similaire et a demandé au Groupe des 20 premières puissances économiques mondiales (G20) de faire payer aux marchés financiers une partie du coût de la crise économique internationale.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.