Paris : une enquête ouverte contre Lafarge, soupçonné de déverser du béton dans la Seine

Des garde-pêches de la Fédération interdépartementale de pêche et de protection des milieux aquatiques ont fourni une vidéo à la justice. La mairie de Paris annonce qu'elle va porter plainte.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Lafarge Beton, sur les quais de Bercy à Paris (photo d'illustration). (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

Une enquête a été ouverte contre l'entreprise de travaux publics Lafarge, soupçonnée de déverser des eaux usées contenant du ciment et du plastique dans la Seine à Paris, a appris mardi 1er septembre franceinfo auprès du parquet de Paris, confirmant une information d'Europe 1.

Une enquête a été ouverte pour "déversement de substances nuisibles par personne morale", "jet ou abandon par personne morale de substances nuisibles" et "utilisation de produits phytosanitaires sans respecter les conditions d'utilisation". C'est l'Office français de la biodiversité qui est chargé des investigations, précise cette source.

Une vidéo transmise aux enquêteurs

Cette enquête fait suite à un signalement de garde-pêches de la Fédération interdépartementale de pêche et de protection des milieux aquatiques le 27 août. Ces derniers ont tourné une vidéo transmise à la justice. Les garde-pêches parlent de mélange de béton et de fibres plastiques qui est déversé directement dans la Seine, au niveau d'une centrale de fabrication de béton Lafarge dans le quartier de Bercy à Paris.

Jacques Lemoine évoque un "déversement de béton avec des macrofibres synthétiques, qui sont des fibres de plastique qui ont une utilité dans le béton pour certaines constructions""Les macrofibres de plastique vont être prises pour de la nourriture" par les poissons, déplore-t-il.

On a pu constater une grosse couche bien épaisse, je peux vous dire que ça fait un certain nombre d'années que ça dure. 

Jacques Lemoine, agent de développement au sein de la Fédération interdépartementale de pêche et de protection des milieux aquatiques

à franceinfo

De son côté Lafarge se dit victime d'une malveillance. D'après le groupe, une plaque a été dévissée cet été dans le dernier bassin de décantation des eaux de lavage des camions. Il compte déposer plainte.

Le premier adjoint à la maire de Paris Emmanuel Grégoire a indiqué sur Twitter qu'une plainte serait déposée. "Je découvre avec stupeur cette pollution lente qui empoisonne notre fleuve. Des explications s'imposent de la part du gestionnaire du site et une plainte sera déposée".

La maire de Paris Anne Hidalgo a pour sa part dénoncé un "véritable scandale écologique" et indique qu'elle va "saisir le procureur de la République pour ces faits graves qui portent atteinte à notre environnement".

"Au mieux une coupable négligence, au pire un acte volontaire"

Dans un communiqué diffusé mardi, le parti Europe Écologie-Les Verts de Paris dénonce une "atteinte à l'environnement" et accuse le cimentier de "porter préjudice à la santé publique".

"C'est au mieux une coupable négligence, au pire un acte volontaire d'autant plus criminel", déclare la maire écologiste du 12ème arrondissement parisien Emmanuelle Pierre-Marie. "La Mairie du 12ème arrondissement prendre toute sa part dans l'action en justice intentée par la Ville de Paris", prévient l'élue parisienne.

"Les images publiées ce matin [montrant ces eaux usées être déversées dans la Seine] sont scandaleuses", déplore l'adjoint à la mairie de Paris chargé de la transition écologique Dan Lert. "Lafarge agit de manière irresponsable en mettant en danger la santé des parisien.ne.s et la biodiversité. Les berges de Seine sont aujourd'hui gérées par l'État, Paris doit regagner le contrôle du fleuve avec un droit de véto sur tous les projets ayant un impact écologique".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.