Loire-Atlantique :Barbara Pompili favorable à la méthanisation

La méthanisation permet de transformer le fumier en biogaz, une énergie renouvelable. Un projet est envisagé à Corcoué-sur-Lorgne, le maire Claude Naud estime, de son côté, que c'est un "projet démesuré" pour sa petite commune.

Article rédigé par
avec France Bleu Loire Océan - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (BERTRAND GUAY / AFP)

[Contrairement à ce qui était indiqué dans une première version de cet article, Barbara Pompili ne s'est pas formellement prononcée sur l'usine de Corcoué-sur-Logne]

La ministre de la Transition écologique Barbara Pompili se dit favorable au principe d'usines de méthanisation sans toutefois se prononcer sur le méga-projet qui pourrait voir le jour en Loire-Atlantique et qui fait polémique, rapporte France Bleu Loire Océan. "C'est une énergie que nous voulons soutenir", a-t-elle affirmé.

"Il ne faut pas opposer les différentes sources d'énergie, a-t-elle développé. Le biométhane, c'est-à-dire du gaz produit à partir de renouvelable, c'est aussi une énergie que nous voulons soutenir parce que, ce qui fera que la transition énergétique sera efficace, c'est le mariage entre plusieurs types d'énergies différents".

Nous avons trop longtemps mis nos œufs dans un même panier, ce qui était un danger.

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique

France Bleu Loire Océan


Pour autant, Barbara Pompili ne s'est pas formellement exprimée sur le projet de Corcoué-sur-Lorgne. L'objectif de cette usine est de transformer 680 000 tonnes de lisier et de fumier en biogaz chaque année. Le projet pourrait voir le jour à l'horizon 2023, à condition que le permis de construire soit validé par la préfecture des Pays de la Loire.

Le maire de Corcoué-sur-Logne,Claude Naud, ne se dit pas opposé à la méthanisation, mais dénonce un projet démesuré et qui n'a pas sa place dans sa commune de 2.800 habitants. "C'est un projet surdimensionné qui ne correspond pas aux intérêts d'une commune comme la mienne",

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.