La torchère de la plateforme de Total s'est éteinte, le gaz fuit toujours

Le risque d'explosion de la plateforme d'Elgin est un peu moins grand. La torchère, dont la flamme aurait pu entrer en contact avec la nappe de gaz, s'est éteinte d'elle-même hier. Mais du gaz continue à s'échapper des installations.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

C'est la première bonne nouvelle de la semaine pour Total. La torchère de sa plateforme d'Elgin, menacée par une fuite de gaz, ne brûle plus. Elle "s'est éteinte d'elle-même, ce à quoi nous nous attendions ", a précisé un porte-parole du groupe en Ecosse. Cette torchère brûlait le gaz resté au niveau de la plateforme après son arrêt.

Un vol réalisé ce matin a permis de confirmer (photos à l'appui) l'observation réalisée pour la première fois hier à la mi-journée. Selon Total, la fuite est apparue dimanche dernier, au-dessus du niveau de la mer. La torchère en était distante de moins de 100 mètres, mais le vent écartait le gaz de la flamme.

Deux pistes mais pas de miracle

La disparition de cette menace va faciliter sa suite des opérations. Total aura en effet besoin de faire revenir du personnel sur place pour arrêter cette fuite de grande ampleur. La compagnie a évacué lundi les 238 personnes qui travaillaient sur la plate-forme, à environ 240 kilomètres au large des  côtes écossaises.

Christophe de Margerie, le PDG de Total, estime qu'une intervention pourrait commencer "dans les huit jours " si les pompiers spécialisés obtiennent rapidement une autorisation d'accès. Le groupe envisage d'injecter de la boue dans le puits d'où provient la fuite de gaz. C'est le scénario qui permettrait l'issue la plus rapide.

L'autre option passe par le forage de deux puits de secours. Michel Hourcard, directeur du développement de la branche exploration et production de Total et porte-parole technique sur l'incident d'Elgin, juge "raisonnable" de tabler sur une durée de six mois.