Industrie : la Chine dévore le bois français

Depuis 2007, les exportations de bois vers Pékin (Chine) ont été multipliées par sept, passant de 50 000 tonnes à 350 000 par an. Conséquence : il n'en resterait plus assez pour la filière française, d'autant que le prix de la matière première a bondi de 60%.

FRANCE 2

C'est l'une des essences les plus convoitées au monde : le chêne français. En cinq ans, son prix a bondi de 35%, dopé notamment par la demande chinoise pour les parquets de qualité. Une opportunité pour les propriétaires forestiers français, qui vendent leurs arbres à bon prix. Aujourd'hui, 25% des chênes français sont exportés, dont 15% en Chine, soit dix fois plus qu'il y a dix ans. Résultat : certaines scieries françaises manquent de matière première. La France possède pourtant la première forêt de chênes d'Europe.

26 000 emplois menacés

Au sein d'un même chêne, il peut y avoir des valeurs très différentes. La partie la plus large du tronc, le top qualité, est réservée à la tonnellerie. Le moins noble deviendra du bois de chauffage. Pour valoriser au mieux ces bois, la solution peut être de les vendre à l'étranger. Les usines chinoises tournent à plein régime quand certaines entreprises françaises disent manquer de ressources. En conséquence, 26 000 emplois seraient menacés, selon les industriels du secteur. La mondialisation a bouleversé le commerce du bois. Pour y faire face, les professionnels français pourraient entre autres valoriser d'autres essences que le chêne.

Le JT
Les autres sujets du JT
Depuis 2007, les exportations de bois vers Pékin (Chine) ont été multipliées par sept, passant de 50 000 tonnes à 350 000 par an. Conséquence : il n\'en resterait plus assez pour la filière française, d\'autant que le prix de la matière première a bondi de 60%.
Depuis 2007, les exportations de bois vers Pékin (Chine) ont été multipliées par sept, passant de 50 000 tonnes à 350 000 par an. Conséquence : il n'en resterait plus assez pour la filière française, d'autant que le prix de la matière première a bondi de 60%. (FRANCE 2)