Ile-de-France : Des militants écologistes occupent plusieurs sites du cimentier Lafarge

Les militants d'Extinction Rébellion ont occupé une usine du port de Javel dans le 15e arrondissement de Paris et trois sites Lafarge de Gennevilliers.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
L'usine Lafarge du 15e arrondissement de Paris occupée par les militants d'Extinction Rébellion. (Emmanuel Grabey (France Bleu Paris))

Des activistes écologistes du groupe Extinction Rebellion occupent plusieurs sites du cimentier Lafarge en Ile-de-France mardi 29 et mercredi 30 juin. Après s'être d'abord installés sur trois sites de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) mardi 29 juin, ils ont investi mercredi 30 juin au matin l'usine du port de Javel dans le 15e arrondissement de Paris, selon France Bleu Paris. Ils dénonçent la bétonnisation des terres agricoles.

Une centaine de militants se sont installés pendant plusieurs heures sous les malaxeurs de béton : impossible donc pour les camions de charger et de livrer le matériau attendus sur plusieurs chantiers de la région. "Ça doit servir à construire des logements, des écoles, des hôpitaux, des chantiers d'utilité collective, des chantiers d'infrastructures de transport, notamment", réagit au micro de France Bleu Paris, Loïc Leuliette, le directeur de la communication de Lafarge, présent sur les lieux de l'occupation.

"Désarmons le béton"

Dans le 15e arrondissement de Paris, à l'usine de Javel, les militants avaient déployé des banderoles et tagué des slogans comme "Désarmons le béton" ou "Construire à en crever". "Il faut arrêter de mettre du béton partout. Sur le plateau de Saclay, les agriculteurs sont expropriés à 10 000 euros l'hectare. Les hectares viabilisés sont revendus quatre millions d'euros... 400 fois plus !", explique Anton, un militant, à France Bleu Paris.

Les activistes sont partis d'eux-mêmes, après avoir dégradé les machines pour les rendre inopérantes pour plusieurs jours. Le groupe Lafarge annonce qu'il porte plainte pour les occupations de ses sites.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Industrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.