Automobile : vers un mariage entre Renault et Fiat-Chrysler ?

Renault a reçu une demande d'alliance du groupe Fiat-Chrysler. Le groupe français étudie la proposition qui pourrait permettre de faire franchir un cap aux constructeurs. Mais les syndicats s'inquiètent des conséquences.

FRANCE 2

Un constructeur automobile français va-t-il faire partie de la plus importante alliance du secteur dans les années à venir ? C'est en tout cas le projet qu'a examiné lundi 27 mai le Conseil d'administration de Renault. Ce dernier a reçu une proposition de fusion émanant du groupe Fiat-Chrysler et pose un regard plutôt favorable sur la demande. 

Pas de fermeture d'usine

Un mariage qui permettrait ainsi de créer un géant de l'automobile, qui vendrait près de 16 millions de voitures chaque année, alors que les défis des voitures autonomes et électriques vont se présenter. À Douais (Nord), la nouvelle est plutôt bien accueillie par cette employée d'une usine Renault : "Pour évoluer, on a besoin de se regrouper" Mais alors que rien n'est conclu, les syndicats s'inquiètent déjà : "Les alliances capitalistiques, elles se font au détriment de l'emploi et ce sont les salariés qui en paient le prix fort", prévient Fabien Gâche, délégué syndical central CGT Renault. Pourtant, le patron du groupe italo-américain a prévenu : il n'y aura pas de fermeture d'usine en cas d'alliance.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les logos de Renault et de Fiat Chrysler Automobiles, en pleine discussion pour une possible fusion, le 27 mai 2019.
Les logos de Renault et de Fiat Chrysler Automobiles, en pleine discussion pour une possible fusion, le 27 mai 2019. (MARCO BERTORELLO / AFP)