Ardennes : 200 manifestants après le retrait de l'État du projet des cycles Mercier

Cette institution du vélo prévoyait de rapatrier la production de l'Asie à Revin, un projet soutenu jusqu'alors par les pouvoirs publics qui y voyaient "le retour du développement industriel".

Article rédigé par
avec France Bleu Champagne - franceinfo
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
A Revin (Ardennes), les 6 hectares de friche de l’ancienne usine Porcher, inoccupés depuis 2011, devaient accueillir les Cycles Mercier. (ALEXANDRE BLANC / RADIO FRANCE)

Environ 200 personnes dont des élus manifestaient mardi 3 août au matin à Revin dans les Ardennes, sur la friche où devaient s'installer les Cycles Mercier, indique France Bleu Champagne. Ils s'indignent du retrait financier de l'État dans le projet de relocalisation de la production de ces vélos. Sans ces cinq millions d'euros, cette relocalisation semble compromise.

L'entreprise Mercier comptait rapatrier en France la production de vélos mécaniques et électriques, sous la marque rendue célèbre par Raymond Poulidor. Fabriqués jusqu'à présent en Asie, ils devaient être produits dans une nouvelle usine de Revin, une commune de 6 000 habitants. Le projet prévoyait la création de 270 emplois d'ici cinq ans.

Finalement, le préfet des Ardennes a annoncé vendredi 30 juillet le retrait de l'État. "À l'occasion de l'instruction du dossier, un certain nombre d'alertes nous sont parvenues qui ont suscité des investigations complémentaires et conduit l'État à indiquer qu'il ne peut pas finalement accorder les subventions qui étaient prévues", avait alors expliqué Jean-Sébastien Lamontagne à l'AFP.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Industrie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.