"Football Leaks" : les grands joueurs professionnels "ne peuvent pas échapper" à l'évasion fiscale

Cristiano Ronaldo et José Mourinho sont accusés de dissimulation fiscale dans une enquête révélée vendredi. Ce n'est pas une première dans le milieu du sport, rappelle sur franceinfo le journaliste Antoine Peillon.

Cristiano Ronaldo lors d\'un match avec le Real Madrid, le 26 novembre 2016.
Cristiano Ronaldo lors d'un match avec le Real Madrid, le 26 novembre 2016. (JAVIER SORIANO / AFP)

Alors que Cristiano Ronaldo et José Mourinho sont accusés de dissimulation fiscale, dans une vaste enquête baptisée "Football Leaks", révélée vendredi 2 décembre et basée sur la fuite de millions de documents. Ce n'est pas la première fois que des footballeurs sont impliqués dans des scandales financiers de dimension mondiale, rappelle samedi sur franceinfo le journaliste Antoine Peillon, grand reporter au journal La Croix et auteur du livre Ces 600 milliards qui manquent à la France, publié en 2012.

franceinfo : La révelation de ce nouveau scandale vous surprend-elle ?

Antoine Peillon : Non, pas du tout. C'est la révélation d'un nouveau bout très important d'un système mondial qu'on a vu révélé en France en 2012, dans le cadre du scandale de la banque UBS. Il repose exactement sur les mêmes procédures et la même masse de fraudes. À cette époque, tous les noms les plus importants de l'équipe de France championne du monde en 1998 figuraient dans la note secrète qui avait été envoyée à la banque de France par des cadres supérieurs d'UBS pour dénoncer la procédure d'évasion fiscale industrielle. On retrouve dans cette note le gratin de notre équipe de France de football. Les noms ont été publié en 2012, dans mon livre. Il n'y a jamais eu de démenti, ni de procédure judiciaire.

De quels joueurs parle-t-on précisément ?

Il y a Antoine Sibierski, Marcel Desailly, David Bellion, Patrick Vieira, Claude Makélélé, Laurent Blanc... Mais beaucoup d'autres noms figuraient aussi dans les comptes d'UBS qui avaient été consultés par l'auditeur interne. Depuis l'été dernier, l'enquête judiciaire, qui s'est déclenchée après la publication de mon livre, confirme totalement les procédures d'évasion fiscale professionnelles concernant tous les sportifs professionnels cités dans le livre. Et pas seulement les footballeurs.

On parle bien de fraude fiscale, une pratique illégale, et pas seulement d'optimisation fiscale ?

Il n'y a aucune optimisation fiscale en ce qui concernait UBS. C'est la même chose pour le scandale Football Leaks. Le procureur national financier indique dans un document que "la presque totalité des clients ne déclaraient pas leur compte, alors qu'ils étaient résidents fiscaux français." C'était géré depuis Lausanne et Genève. Avec José Mourinho et Ronaldo, c'est la même chose. Ce sont d'ailleurs les mêmes "parrains". D'anciens joueurs professionnels ou un entourage familial prennent contact ou sont mis en contact avec ces grandes banques, qui leur font des comptes non déclarés dans les paradis fiscaux.

Avec ce système, on comprends qu'il n'est pas possible d'être un grand joueur professionnel sans passer par les fourches caudines de l'évasion fiscale. C'est une sorte de club pour faire partie du club. Il faut passer par ce système d'évasion fiscale. On peut faire le même constat dans d'autres milieux, qu'il s'agisse des grands industriels, du showbiz et des politiques.