Cet article date de plus d'un an.

Économie : vers un impôt mondial sur les sociétés ?

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Économie : vers un impôt mondial sur les sociétés ?
franceinfo
Article rédigé par
B. Barnier - franceinfo
France Télévisions

Les ministres des Finances du G7 sont réunis, vendredi 4 juin, à Londres (Royaume-Uni) pour étudier la question d’un impôt minimum mondial. Un accord pourrait être annoncé en juillet.

C’est une aberration fiscale et sociale qui pourrait prendre fin. Paradoxe d’une économie mondialisée et ultra sophistiquée, les plus grandes entreprises échappent souvent à l’impôt. "Le dumping fiscal ne peut pas être une option pour l’Europe, et ne peut pas être une option non plus pour le reste du monde", a indiqué le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, dans une tribune publiée dans The Guardian, vendredi 4 juin. Dans le viseur du G7, ce week-end à Londres, les grands groupes du numérique, mais aussi des pétroliers et d’autres multinationales. Ce sont les États-Unis qui ont relancé les discussions avec une proposition du président Joe Biden : taxer les grandes sociétés à au moins 15%.

66 milliards d’euros par an espérés

Un chiffre qui peut paraître faible, mais qui opérerait une révolution au sein des États qui percevraient cette taxe, avec un gain espéré de 66 milliards d’euros par an, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Les grandes multinationales s’appuient sur les paradis fiscaux pour éviter l’impôt, comme les Bermudes, les Bahamas, Jersey, les Îles Caïmans ou les Émirats arabes unis, où le taux d’imposition est de 0%. Des propositions détaillées devraient être présentées avant le G20 à Venise, début juillet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.