Niveau de vie : la classe moyenne correspond-elle aux Français "qui ne touchent pas toutes les aides", comme le dit Gabriel Attal ?

Pour le ministre des Comptes publics, la classe moyenne correspond aux Français "qui ne bénéficient pas de toutes les aides, mais de leur travail pour vivre". Mais il n'existe pas de définition claire et précise de la classe moyenne.
Article rédigé par franceinfo - Armêl Balogog
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Le ministre délégué chargé des Comptes publics, Gabriel Attal, sur franceinfo vendredi 28 avril. (FRANCEINFO / RADIO FRANCE)

Y aura-t-il de nouvelles baisses d'impôts pour les classes moyennes ? Gabriel Attal a renouvelé sa promesse vendredi 28 avril sur franceinfo. Le ministre délégué aux Comptes publics affirme vouloir "redonner de l'air" aux classes moyennes, mais de qui parle-t-on exactement ? Pour Gabriel Attal, "ce sont les Français qui vivent de leur travail, pas des aides sociales, ni d’un gros patrimoine qui leur permettrait d'avoir un revenu annexe. C'est tous ces Français qui se lèvent le matin qui vont travailler et qui ne bénéficient pas de toutes les aides mais de leur travail pour vivre".

Mais ce n'est pas vraiment une bonne définition. Déjà parce qu'il n'y a pas de Français qui vit principalement des aides sociales, comme le ministre l'explique. Même pour les 10% les plus pauvres, ces prestations sociales ne représentent pas tout à fait la moitié de leur niveau de vie, selon l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee). Par ailleurs, toutes les classes sociales touchent des aides. Cela ne peut donc pas être un critère, seul, pour définir la classe moyenne. Les inégalités de patrimoine sont plus pertinentes.

Aucune définition claire

Le ministre tente quelque chose qui est bien difficile parce qu'en réalité il n'existe pas de définition claire et précise de la classe moyenne. L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) estime que font partie de cette classe ceux qui ont entre trois quarts et le double du niveau de vie médian dans un pays. Donc entre 1 300 euros et 3 600 euros par mois pour une personne seule en France.

Mais pour l'Observatoire des inégalités, c'est plutôt entre 1 400 et 2 600 euros par mois. Lui pense que par essence, la classe moyenne ce sont ceux qui sont au milieu, entre les 30% les plus pauvres et les 20% les plus riches, soit la moitié de la population française. Il est donc difficile d'y voir clair.

De gros écarts de niveau de vie

Surtout que cela recouvre des réalités très différentes. Si on prend la définition de l'OCDE par exemple, il y a un gros écart de niveau de vie entre la personne seule qui a 1 300 euros par mois et celle qui en a 3 600. Pour mieux souligner ces différences, l'Observatoire des inégalités a rajouté dans son tableau une classe aisée, au-dessus de la classe moyenne mais sous le seuil de richesse. Mais rien n'est fixe, on peut changer de classe sociale si on a un ou deux enfants, si on se sépare ou si on déménage. On est plus aisé avec 2 000 euros à Poitiers qu'à Paris.

Enfin, faire partie de la classe moyenne est aussi très subjectif. Cela tient beaucoup à notre sentiment d'arriver ou non à vivre comme on le souhaite. De plus en plus de Français ont l'impression de faire partie des classes plus modestes, ce qu'on appelle le sentiment de déclassement. Et on entend aussi souvent des témoignages de Français plutôt riches qui pensent faire partie de la classe moyenne. En conclusion, difficile pour l'instant de savoir qui sera concerné par ces futures baisses d'impôts.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.