Cet article date de plus de deux ans.

Impôts : comment bénéficier de l'exonération des frais liés au télétravail ?

Alors que la déclaration de revenus 2021 commence le 8 avril, le gouvernement a promis une exonération de 2,50 euros par jour de travail à domicile. Mais il faut un certain nombre de conditions pour que cela soit vraiment avantageux.

Article rédigé par Adrien Bossard
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
La déclaration de revenus 2021 commencera le 8 avril. (VALERIA EMANUELE / FRANCE INTER / RADIO FRANCE)

Si vous êtes télétravailleur, que cela soit lié au Covid-19 ou non, de nouvelles modalités vont être prises en compte dans votre déclaration de revenus. La campagne des impôts 2021 commence le jeudi 8 avril. Et le ministère de l'Économie a précisé au début du mois que vous serez exonéré de 2,50 euros par jour de télétravail. Sauf que dans la pratique, les conditions pour en bénéficier sont très spécifiques.

>>> Télétravail : les entreprises et administrations sous pression du gouvernement

Tout dépend du calcul de l'impôt. La majorité des Français optent en général pour la déduction forfaitaire de 10%. Dans ce cas-là, pour bénéficier d'une exonération fiscale liée au télétravail, Il faut obligatoirement que l'employeur ait versé une indemnité au salarié. Une enveloppe destinée à payer le repas du midi ou la facture d'électricité qui augmente. Si vous appliquez la déduction journalière de 2,50 euros promise par Bercy, cela fait au total 550 euros par an maximum à déduire du montant imposable.

Mieux vaut un forfait qu'une indemnisation des frais réels

Pour les salariés qui optent d'habitude pour les frais réels, le plafond est beaucoup trop bas pour être avantageux, explique Anne Guyot-Welke, la secrétaire générale du syndicat Solidaires Finances Publiques : "Les frais réels son souvent liés à des déplacements, des doubles résidences. Souvent c'est un montant important, sauf que ceux qui ont télétravaillé pour une partie de l'année n'auront pas ces frais engagés au niveau de leurs déplacements en double résidence ou autre. Et du coup, la déduction forfaitaire de 10% sera plus avantageuse pour eux que  les frais réellement engagés."

Ou alors, il faudrait avoir dépensé de grosses sommes. Pour un fauteuil de bureau, un ordinateur ou une imprimante. Mais le syndicat recommande de ne pas déduire entièrement le prix d'achat de tous ces objets, sous peine d'un contrôle fiscal. Car dit-il : "Qui prouve que vous ne les utilisez qu'à des fins professionnelles ?"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.