Seine-Saint-Denis : le fléau des marchands de sommeil

L'incendie d'un immeuble à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) a fait 22 blessés. Selon la maire, le bâtiment n'aurait pas dû abriter des personnes. L'insalubrité et les marchands de sommeil sont pointés du doigt lundi 20 août.

France 3

Dans le quartier du Marcreux à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), cela ne faisait pas mystère. Au-dessus de l'épicerie, le local où vivaient les sinistrés était insalubre. Tout près de là, un autre bâtiment est dans le même état. "On vit dans un taudis", s'insurge Angélique Collery, qui loue un studio plus de 500 euros pour 20 m². Le propriétaire ne fait aucun travaux pour résoudre les problèmes d'humidité et d'électricité.

90 condamnations par an

Selon la Fondation Abbé-Pierre, 600 000 logements indignes sont loués en France, dont 180 000 en région parisienne. Immeubles en ruine, hôtels meublés miteux, caves ou combles loués et de plus en plus des pavillons divisés. Une pratique en plein essor et lucrative pour les marchands de sommeil d'autant que les risques sont mesurés. 3 000 signalements par an aboutissement à 90 condamnations. Et peu de victimes portent plainte. La loi ELAN, actuellement examinée par les parlementaires, doit durcir les sanctions contre les marchands de sommeil.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le 52 rue de Landy à Aubervilliers où a eu lieu un incendie le 19 août 2018.
Le 52 rue de Landy à Aubervilliers où a eu lieu un incendie le 19 août 2018. (FRANCEINFO)