"Je ne vis pas dans un château" : Griveaux dit ne pas pouvoir devenir propriétaire à Paris "car le prix du m2 est trop cher"

Le porte-parole du gouvernement reconnaît toutefois qu'il "gagne très bien sa vie" avec sa rémunération de "7 900 euros net par mois".

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le 9 janvier 2019, lors d\'une conférence de presse après un séminaire gouvernemental à Paris.   
Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, le 9 janvier 2019, lors d'une conférence de presse après un séminaire gouvernemental à Paris.    (CHRISTOPHE ENA / AFP)

"Je gagne très bien ma vie", assure Benjamin Griveaux, mais pas assez pour être propriétaire à Paris. Le secrétaire d'Etat suscite la polémique en raison d'une longue interview à Brut, réalisée mercredi 16 janvier, dans laquelle il affirme ne pouvoir devenir acquérir un appartement dans la capitale, en raison des prix très élevés de l'immobilier"Je ne vis pas dans un château, affirme-t-il. Je suis locataire, je ne suis pas propriétaire à Paris parce que le prix du mètre carré est trop cher." Et le membre du gouvernement d'ajouter : "Je n'ai pas hérité, je n'ai pas d'argent caché. Je n'ai pas de voiture, je ne m'habille pas dans des costumes très chers. Il faut aussi qu'on fasse tomber ce mythe."

Benjamin Griveaux confie en parallèle percevoir "7 900 euros nets par mois" en sa qualité de secrétaire d'Etat. L'ancien élu local et député l'assure : "Ce n'est pas un avantage financier d'être élu." Le membre de l'exécutif précise également qu'il a divisé son salaire "par trois" – ou plutôt "deux et demi", rectifie-t-il – en entrant au gouvernement. "Avant, j'étais dans une grande boîte et je gagnais très bien ma vie", confie le politique, auparavant directeur de la communication et des affaires publiques d'Unibail-Rodamco. 

"Griveauxthon" et "cagnotte"

Les déclarations du secrétaire d'Etat ont provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. Sur Twitter, certains proposent de lancer un "griveauxthon" voire une "cagnotte", a l'instar de celles ouvertes pour soutenir les "gilets jaunes".

Benjamin Griveaux n'est effectivement pas propriétaire de l'appartement parisien où il vit avec son épouse, Julia Minkowski, avocate au barreau de Paris, et leurs deux enfants (bientôt trois), comme il le confie à Brut. Mais comme il le racontait à Paris Match, il possède en revanche une maison de campagne à Givry, en Saône-et-Loire, département dont ce fils de notaire et d'avocate est originaire, et où il a débuté sa carrière politique. 

Pour s'offrir ce bien, le responsable politique a souscrit un prêt immobilier d'un peu plus de 400 000 euros et il doit encore en rembourser plus de 270 000 avec des mensualités de 2 193 euros sur vingt ans, selon les termes de sa déclaration de patrimoine établie fin 2017 et consultable sur le site de la Haute autorité pour la transparence de la vie publique. Sa fiche indique également qu'il est propriétaire en indivision et en nue-propriété de plusieurs maisons et locaux issus de successions et de donations.