Crise du logement : le grand paradoxe des appartements vides

Publié
Durée de la vidéo : 2 min
En pleine crise de l'immobilier, il n'y a jamais eu autant de logements vacants : 3,1 millions en France selon l’Insee, soit 60% de plus qu'en 1990. Bien évidemment, il y a des disparités en fonction des régions. Comment expliquer le phénomène ?
Crise du logement : le grand paradoxe des appartements vides En pleine crise de l'immobilier, il n'y a jamais eu autant de logements vacants : 3,1 millions en France selon l’Insee, soit 60% de plus qu'en 1990. Bien évidemment, il y a des disparités en fonction des régions. Comment expliquer le phénomène ? (France 2)
Article rédigé par France 2
France Télévisions
France 2
En pleine crise de l'immobilier, il n'y a jamais eu autant de logements vacants : 3,1 millions en France selon l’Insee, soit 60% de plus qu'en 1990. Bien évidemment, il y a des disparités en fonction des régions. Comment expliquer le phénomène ?

Plus de 3 millions de biens sont inoccupés en France en 2023, alors que les Français n’ont jamais eu autant de mal à se loger. En première ligne, les zones rurales et la diagonale du vide, très peu peuplées : presque 16 % dans la Creuse, 14 % dans la Nièvre, et plus de 13 % de logements vacants pour l’Indre. Dans une petite commune de 6 500 habitants, une maison est à vendre depuis septembre 2021. Vendue 105 000 euros, il faudrait ajouter 30 000 euros de travaux selon Me Marie-Paule Boucet Lepage, la notaire. "Nos acquéreurs, qui sont plutôt jeunes, ont du mal à financer tous ces travaux", observe-t-elle. 

Certains élus réclament la réquisition des logements vacants  

En France, le nombre de logements vacants n’a jamais été si élevé, avec une hausse de 60 % entre 1990 et aujourd’hui. Paris n’y échappe pas, surtout depuis le grippage du marché immobilier. "Les acquéreurs ont vu leur budget fondre, et les vendeurs rester sur les belles ventes que nous avions faites en 2021, 2022", explique Richard Mellul, directeur de Century 21 Auteuil, à Paris. En pleine crise du logement, certains élus réclament que les maires puissent réquisitionner les logements vacants depuis plus de six mois. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.