Le gouvernement lance un second plan à 500 millions d'euros pour lutter contre le mal-logement

Par ce projet, le ministre délégué à la Ville et au Logement, Olivier Klein, entend sortir "plus de 800 000 personnes de la rue en dix ans".
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min
Le ministre délégué à la Ville et au logement Olivier Klein à Matignon, le 16 juin 2023. (XOSE BOUZAS / HANS LUCAS / AFP)

De nouveaux moyens. Le gouvernement lance un second plan quinquennal pour le "Logement d'abord", a annoncé lundi 19 juin le ministre Olivier Klein. Ce nouveau plan vise à octroyer directement un domicile pérenne aux personnes mal logées.

>> Crise du logement : des mal-logés plus nombreux, vulnérables, pas assez aidés… Ce qu'il faut retenir du rapport de la Fondation Abbé-Pierre

Dans une interview au quotidien La Croix, Olivier Klein a précisé que ce second plan s'élèvera à "un demi-milliard" d'euros, soit le double des 250 millions consacrés entre 2017 et 2022. "Notre objectif, c'est de financer, en plus de ce qui a déjà été fait, 100 000 logements très sociaux en cinq ans, 10 000 places en pensions de famille et 30 000 en intermédiation locative", a déclaré le ministre délégué chargé du Logement, ambitionnant de sortir "plus de 800 000 personnes de la rue en dix ans".

Des premiers résultats en deçà des attentes

Le précédent plan a déjà permis à "440 000 personnes de quitter la rue pour accéder à un logement", soit un rythme "multiplié par trois par rapport à la période précédente", a affirmé Olivier Klein. "Jusqu'ici, les gens passaient de la rue à l'hébergement d'urgence, puis de l'hébergement d'urgence à une solution d'insertion mais parfois aussi retournaient dans la rue", a-t-il fait valoir.

Le plan Logement d'abord vise lui à favoriser le passage direct de la rue au logement durable. Dans un rapport paru en janvier 2021, la Cour des comptes avait estimé que si les premiers résultats du plan "montrent une dynamique favorable, avec un accroissement des accès au logement", ils restent globalement "en deçà des attentes et des objectifs chiffrés".

"Si de nombreuses personnes quittent la rue (...), d'autres y arrivent notamment du fait de la situation économique et des flux migratoires", a répondu Olivier Klein. Le ministre doit détailler son plan mardi matin devant les acteurs de la solidarité.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.