Immobilier : fin de la trêve hivernale des expulsions

À partir du 1er avril, les locataires qui ne peuvent plus payer leur loyer sont susceptibles d'être expulsés, car la trêve hivernale a pris fin. Les associations dénoncent la spéculation immobilière et le manque de logements sociaux.

France 3

Sidiki Camara habite le même appartement depuis 15 ans. Surendetté, il n'a plus le droit aux aides au logement depuis cinq ans et ne peut plus payer son loyer. Son bailleur social lui réclame 23 000 euros. À 77 ans, il perçoit 536 euros par mois de minimum vieillesse, impossible de rembourser ses dettes dans ces conditions. Dès la fin de la trêve hivernale le 1er avril, il peut être expulsé.

Hausse des expulsions

En 2017, 15 547 ménages ont été expulsés. Un chiffre en hausse de 2,1% et qui a presque doublé en dix ans. Dimanche 31 mars, la Fondation Abbé-Pierre a décidé de tirer la sonnette d'alarme en déroulant notamment un paillasson géant devant le ministère du Logement pour réclamer un plan d'urgence. La Fondation Abbé-Pierre demande le triplement des aides au maintien des locataires, mais aussi une meilleure indemnisation des propriétaires en cas d'impayés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Un paillasson géant a été déroulé dimanche 31 mars par les membres de la fondation Abbé Pierre devant le Ministère de la Cohésion des territoires pour dénoncer les expulsions locatives.
Un paillasson géant a été déroulé dimanche 31 mars par les membres de la fondation Abbé Pierre devant le Ministère de la Cohésion des territoires pour dénoncer les expulsions locatives. (MANON DERDEVET / RADIO FRANCE)