Effondrement d’immeubles : des fragilités et des négligences

Publié
Effondrement d’immeubles : comment expliquer leur fragilité en France ?
Article rédigé par
V.Lerouge, E.Prigent, C.Blondiaux, C.Morand, B.Parayre, J.Delage, M.Le Rue - France 2
France Télévisions
Deux jours après l’effondrement de deux immeubles à Lille, un autre bâtiment s’est en partie écroulé, dans la nuit du 15 novembre, dans le Rhône. Pourquoi ces effondrements en série ?

Après l’effondrement de deux immeubles à Lille (Nord), puis dans le Rhône dans la nuit du 15 novembre, sans oublier le drame de la rue d’Aubagne à Marseille (Bouches-du-Rhône) qui a fait huit morts en 2018, comment expliquer et prévenir ces éboulements dramatiques ? À Chaponost (Rhône), une partie de l’immeuble s’est affaissée, sans faire de blessés. "Il s’agit d’un immeuble qui était en pisé, qui est situé à proximité d’un chantier en cours. Donc il y a peut-être un lien entre les deux sujets", avance Damien Combet, maire de la commune.

Les signes avant-coureurs

Pour d’autres sinistres, le manque de surveillance et d’entretien des immeubles est souvent pointé du doigt. Selon un expert, il faut faire attention à l’apparition de fissures et à la déformation des murs ou des planchers. De plus, la rénovation est souvent délaissée. Aujourd’hui, la loi n’impose rien, mais dès le 1er janvier prochain, les grandes copropriétés devront dresser un plan de travaux sur dix ans.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.