Hausse du prix du gaz : la CLCV s'inquiète d'un "cadeau" de l'État actionnaire à Engie, aux dépens des consommateurs

Alors que les tarifs réglementés du gaz vont augmenter de 7,45% en moyenne au 1er juillet, François Carlier, délégué général de l'association Consommation logement et cadre de vie, s'interroge, sur franceinfo samedi, sur les raisons de cette forte hausse. 

Les tarifs du gaz, appliqués par Engie, vont augmenter en moyenne de 7,45% à compter du 1er juillet 2018 (illustration).  
Les tarifs du gaz, appliqués par Engie, vont augmenter en moyenne de 7,45% à compter du 1er juillet 2018 (illustration).   (SEBASTIEN JARRY / MAXPPP)

Les tarifs réglementés de vente du gaz, fourni par Engie, vont progresser de 7,45 % au 1er juillet. François Carlier, le délégué général de l'association Consommation logement et cadre de vie (CLCV). "L'État a peut-être privilégié le fait qu'il était actionnaire [d'Engie] plutôt que le consommateur, et ça, effectivement, c'est regrettable", a-t-il commenté, samedi 30 juin sur franceinfo. 

franceinfo : Pourquoi cette hausse si importante du prix du gaz ?

François CarlierLa matière première gaz ainsi que la matière première pétrole avaient beaucoup baissé en 2013-2014, donc il y a eu des baisses du prix du gaz assez importantes. Là maintenant, les matières premières repartent à la hausse. On est dans un nouveau cycle, et donc cela fait recroître de manière très importante cette année le prix du gaz. On est quand même à un niveau qui reste inférieur à ce que c'était en 2013. Mais là, l'accélération est puissante. D'ailleurs, on peut signaler aussi qu'il y a une forte augmentation des taxes, tant sur le carburant, sur le fioul ou sur le gaz, qui accélère en plus les décisions qu'il y a au niveau des matières premières.

La Commission de régulation de l'énergie recommandait une hausse moins importante de ces tarifs réglementés, mais le gouvernement a accepté plus. Pourquoi ?

C'est un peu curieux. Je pense que la Commission de régulation de l'énergie a fait valoir qu'Engie pouvait faire quelques gains de productivité, quelques efforts en interne, parce que le prix du gaz, ce n'est pas seulement les matières premières, c'est aussi le coût de l'opérateur, donc Engie pouvait faire des efforts. Mais l'État n'a pas retenu cette option. C'est peut-être aussi l'État actionnaire qui avait envie de faire un petit cadeau à Engie, sachant que l'État s'apprêterait à vendre des actions d'Engie. Je pense que là, l'État a peut-être privilégié le fait qu'il était actionnaire, plutôt que le consommateur. Ça, effectivement, c'est regrettable parce qu'on aurait pu un peu quand même tasser cette hausse, comme le disait bien la commission.

Est-il encore rentable de se chauffer au gaz ?

Comme il y a eu quand même de fortes baisses parce que la matière première avait beaucoup baissé, le chauffage au gaz reste globalement compétitif. C'est plus compétitif que l'électricité, et comme système de chauffage, ça reste globalement assez peu cher. Les autres énergies sont plus chères. Surtout que les chauffages de type au fioul subissent aussi les hausses du prix du baril. De la même façon, l'électricité est de toute façon plus chère que le gaz, historiquement. Donc le gaz reste une solution compétitive. Mais ce n'est pas une raison pour faire trop croître le prix. Et là, c'est vrai que la décision de l'État est quand même assez lourde, surtout si on rajoute le fait qu'il augmente beaucoup les taxes. J'insiste sur ce fait parce que c'est ce qui est très problématique, en ce moment, sur le pouvoir d'achat et l'énergie.

Il y a eu des hausses en mai, en juin, en juillet. Faut-il s'attendre à d'autres hausses ?

Cela va dépendre du coût des matières premières. Généralement, il y a des hausses qui interviennent au début de l'hiver sur le gaz parce que le prix de la matière première gaz, de façon mécanique, remonte l'hiver puisqu'il y a plus de consommation. Et donc, malheureusement, je pense qu'il faut s'attendre à de nouvelles hausses. C'est d'ailleurs bien pour cette raison qu'avec toutes ces hausses du gaz et du pétrole avec le carburant, nous estimons que l'État devrait arrêter d'augmenter les taxes sur l'énergie, comme il le fait beaucoup ces dernières années.