Réforme des retraites : le discours d'Édouard Philippe "est une réponse à rien", s'irrite Éric Coquerel

Le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis relève que le calendrier présenté par Édouard Philippe vendredi était "celui qui était prévu".

Éric Coquerel, lors d\'une manifestation contre la politique d\'Emmanuel Macron, le 26 mai 2018.
Éric Coquerel, lors d'une manifestation contre la politique d'Emmanuel Macron, le 26 mai 2018. (ZAKARIA ABDELKAFI / AFP)

"Le Premier Ministre n'a fait que répéter ce que l'on sait déjà, avec des formules ampoulées expliquant qu'on ne pourrait rien faire d'autre que de reculer l'âge de la retraite", a relevé Éric Coquerel, le député La France insoumise de Seine-Saint-Denis, invité vendredi 6 décembre soir de franceinfo. "On sait bien que c'est à ça que sert principalement cette réforme."

Éric Coquerel qualifie la présentation vendredi par Édouard Philippe du calendrier du projet de réforme des retraites du gouvernement de "réponse à rien [...] Le calendrier, c'est celui qui était prévu".

"Le gouvernement a essayé de jouer la division" en misant sur la jalousie des Français

Le député LFI estime qu'Édouard Philippe "a essayé de jouer la division entre grévistes et usagers, et à jouer de la division entre les salariés" en espérant "que les Français soient jaloux des régimes spéciaux." Cela marque "une certaine inquiétude, et il a raison parce que le mouvement ne va faire que s'amplifier d'ici mardi prochain."

Le Premier ministre "mise sur quelque chose qui n'est pas vrai", estime Éric Coquerel. 

Il mise sur l'idée que chaque catégorie de Français ne se lèverait que par rapport à leur intérêt propre.Il y a les intérêts propres mais il y a aussi le fait que les Français tiennent au système par répartition, à la solidarité sur laquelle il repose.Éric Coquerel, député LFIà franceinfo

"On ne recule pas l'âge de la retraite quand enfin on peut profiter d'une retraite sur laquelle on a cotisé", insiste Éric Coquerel qui voit dans la réforme proposée "une régression civilisationnelle. C'est ça que les Français ont compris et sur laquelle ils s'opposent."

Le député de Seine-Saint-Denis estime "qu'il va y avoir plus de monde dans les rues" dans les prochains jours. "Les gens ne veulent pas de cette réforme, le gouvernement ferait mieux d'arrêter les dégâts, de la retirer, ce qui permettrait de repartir dans une situation avec moins de tension. C'est lui qui est responsable de ce qui se passe."