Grève du 5 décembre : la solidarité s’organise déjà

Face à la perspective de ce jeudi noir qui pourrait durer, les usagers s’inquiètent plus que jamais. Mais aujourd’hui, les réseaux sociaux ouvrent de nouvelles solutions pour éviter la galère.

FRANCE 2

À Paris et en Île-de-France, beaucoup se souviennent des trois semaines de grève en 1995. La grève du 5 décembre a donc de quoi les inquiéter. Pour éviter la galère qui s’annonce, certains s’organisent déjà sur les réseaux sociaux, comme les membres d’un collectif d’entraide entre les usagers de la ligne R. La page compte 4 000 membres. À la perspective qu’aucun train ne circule le 5 décembre sur leur ligne, ils essayent de trouver des solutions. La solidarité s’organise : certains proposent des places de covoiturage, et ceux qui recherchent encore une solution postent une annonce.

À la recherche d’informations

"Les gens, ce qu'ils cherchent pendant la grève, c’est des informations : ‘Est-ce que je dois aller à la gare ? Si j’y vais, est-ce que je vais trouver une solution de transport ?’ Nous on essaye de les informer en amont, ce n’est pas notre rôle, on est des bénévoles. Mais on sait que les systèmes d’informations de la SNCF sont très défaillants, donc on essaye de prendre le relais et donc d’anticiper au maximum", explique Cédric Thoma, du collectif des usagers de la ligne R.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des passagers photographiés à la gare Saint-Lazare, à Paris, le 24 avril 2018.
Des passagers photographiés à la gare Saint-Lazare, à Paris, le 24 avril 2018. (BERTRAND GUAY / AFP)