Aéroports : mouvements sociaux et départs en vacances perturbés

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Aéroports : mouvements sociaux et départs en vacances perturbés
FRANCE 3
Article rédigé par
C. de la Guérivière, L.Bazizin, N.Tahar, C.Brunet, P.Bouchetou - France 3
France Télévisions

Les syndicats du groupe ADP, qui gère les aéroports parisiens, ont déposé des préavis de grève pour le week-end du 10 juillet. Pour le moment, pas d'impact sur le trafic, mais c'est la troisième grève en moins d'un mois pour refuser des baisses de rémunération.

Objectif : ne pas faire baisser la tension à l'heure des premiers départs en vacances. Le matin du vendredi 9 juillet à Roissy (Val-d'Oise), les salariés d'ADP, qui gère les aéroports de Paris, restent vent debout contre le plan de la direction qui prévoit une baisse des salaires. "On a un salaire de base qui est très léger, et le reste est payé par des primes, donc on a des indemnités kilométriques qu'ils veulent nous supprimer, c'est de 300 euros (...) à 700 euros chacun", déplore Franck Hénin, agent technique d'ADP.

Des baisses de salaire significatives

En cas de refus de ces mesures, les salariés risquent un licenciement. En décembre, la direction a signé un accord avec les syndicats, prévoyant 1 150 départs de salariés, dont 700 non-remplacés. La raison, selon le groupe, est une perte de plus d'un milliard d'euros en 2020 et une chute de trafic de 60%. Pour les syndicats, la crise sanitaire ne peut pas justifier une telle baisse de salaire. Pour l'heure, pas d'impact de ce mouvement sur le trafic aérien.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grève des transports

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.