Grève des médecins : "Je ne veux pas faire de la comptabilité le soir"

Des dizaines de milliers de médecins, chirurgiens, pharmaciens, infirmiers, dentistes, étudiants en médecine et internes ont manifesté à Paris, dimanche 15 mars, contre le projet de loi de santé de Marisol Touraine.

FRANCE 2

"Touraine, ta loi, on n'en veut pas !" "Loi baclée, médecins en danger." Les médecins, chirurgiens, pharmaciens, infirmiers, dentistes, étudiants en médecine et internes défilaient à Paris contre la généralisation du tiers payant, dimanche 15 mars. Leur manifestation parisienne a réuni entre 19 000 et 40 000 personnes.

À deux jours de l'examen du projet de loi de santé en commission des affaires sociales à l'Assemblée nationale, les médecins tirent la sonnette d'alarme et s'inquiètent d'une éventuelle surcharge administrative. "Moi, j'essaie de m'occuper de mes patients, pour les soigner au mieux. Mais je ne veux pas faire de la comptabilité encore pendant trois heures à 21 heures le soir", explique une médecin.

"Nous ne voulons pas d'une administration de la santé"

Un interne partage l'inquiétude des étudiants en médecine : "Moi, travailler seize heures par jour, cela ne me dérange pas. Mais si c'est pour rester derrière un bureau, signer des trucs et envoyer des lettres, et appeler une comptabilité, un secrétariat et tout ça, j'aurais dû faire notaire."

En tête du cortège, Claude Leicher, président du syndicat de médecins généralistes MG France, se veut ferme : "Nous ne voulons pas d'une administration de la santé. Nous voulons que cela soit les professionnels qui disent à l'administration comment ils travaillent, et pas l'inverse."

Le JT
Les autres sujets du JT
Des manifestants contre le projet de loi santé de Marisol Touraine, à Paris, le 15 mars 2015.
Des manifestants contre le projet de loi santé de Marisol Touraine, à Paris, le 15 mars 2015. (DOMINIQUE FAGET / AFP)