Opposés au tiers payant, les médecins ne désarment pas

En attendant la manifestation de demain, beaucoup de professionnels de santé ont fait grève ce samedi 14 mars. Ils expliquent à France 2 pourquoi le projet de loi de Marisol Touraine ne leur convient pas.

FRANCE 2

A Nice (Alpes-Maritimes), la journée de travail de Marc-André Guerville, médecin généraliste, s'est achevée à midi ce samedi 14 mars. Pour la 4e fois depuis décembre, le docteur a fait grève. Objet de sa colère : le tiers payant, mesure phrase du projet de loi de la ministre de la Santé, Marisol Touraine. "On veut nous imposer des contraintes absolument inacceptables. La coupe est pleine. On ne peut plus", martèle-t-il à France 2.

Les Français partagés

A Rennes, Mathilde Rauch, pneumologue, est gréviste mais assure ses consultations. A une patiente, elle explique que le tiers payant impose non plus au patient mais à la Sécurité social et aux mutuelles de régler le montant de la consultation aux médecins. "Pour nous, ce sera plus difficile d'être payés", prévient-elle.

Selon un sondage, 60% des Français sont favorables au tiers payant. Mais dans le même temps, ils sont 55% à soutenir la mobilisation des professionnels de santé. Un paradoxe lié à leur attachement et au rapport de confiance qu'ils ont pour leur généraliste.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le traitement, qui réduit la quantité de fer dans l\'organisme des malades, a été appliqué à une quarantaine de patients en début de maladie
Le traitement, qui réduit la quantité de fer dans l'organisme des malades, a été appliqué à une quarantaine de patients en début de maladie (NICOLAS LORAN / VETTA / GETTY IMAGES)