Grève aux urgences : la mobilisation continue dans plus de 200 services

Le mouvement de mobilisation dans les services d'urgences français dure depuis maintenant quatre mois et demi. Au moins 213 services sont touchés par la grève, jeudi 1er août.

France 2

Des malades allongés pendant des heures dans les couloirs, à l'hôpital de Caen (Calvados), le service des urgences est surchargé. Comme à Saint-Étienne (Loire), où un patient est resté cinq jours sur un brancard. Dans le service des urgences de l'hôpital, le personnel soignant se dit débordé : "On a quasiment une majorité de patients, une dizaine de patients qui sont à la queue leu leu dans les couloirs. Il n'y a plus de respect de l'intimité des patients. Plus de respect de l'intimité médicale parce que du coup, on est obligé de les changer, de leur faire leur toilette", témoigne Amandine Fournier, une infirmière.

"Pas de solution miracle"

213 services d'urgences sur 600 sont en grève symbolique et certains depuis plusieurs mois. La ministre de la Santé reconnaît que la grève persiste aux urgences. Pour elle, il n'y a pas de solution miracle : "D'un site à l'autre, en fait, les problèmes sont différents. Et donc, il n'y a pas une solution unique qui s'adapterait à tous les services d'urgences de France", a-t-elle réagi.  

Le JT
Les autres sujets du JT
Une banderole accrochée sur les grilles de l\'Agence de santé régionale (ARS) de Nantes (Loire-Atlantique), le 30 juin 2019. 
Une banderole accrochée sur les grilles de l'Agence de santé régionale (ARS) de Nantes (Loire-Atlantique), le 30 juin 2019.  (J?R?MIE LUSSEAU / HANS LUCAS / AFP)