Cet article date de plus de huit ans.

Saint-Nazaire. Grève aux chantiers navals face au "silence du gouvernement"

Les 2 100 salariés subissent des mesures de chômage partiel depuis plusieurs mois, et le carnet de commandes de l'entreprise est vide.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une manifestation devant l'entrée des chantiers STX de Saint-Nazaire, le 23 mai 2012. (FRANCK DUBRAY / MAXPPP)

ECONOMIE - Près de 500 salariés ont débrayé, jeudi 27 septembre 2012, pendant une heure, aux chantiers navals STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Les salariés sont inquiets du "silence du gouvernement" depuis leur entrevue avec Arnaud Montebourg, le  ministre du Redressement productif, le 11 juin à Paris. Ils lui ont demandé un nouveau rendez-vous. 

Les chantiers navals de Saint-Nazaire tournent au ralenti depuis 2010. Mais cette année, c'est la pire période de leur histoire : chômage partiel pour les 2 100 salariés, pas de commandes depuis avril et l'annulation d'un paquebot par la compagnie Viking Ocean Cruises. Il ne leur reste que trois navires à construire d'ici à 2015. 

"Les salariés n'ont aucune explication, psychologiquement c'est très dur à vivre", déclare la représentante de Force ouvrière, Nathalie Durand-Prinborgne. Pour elle, la situation est encore plus grave qu'en 2010. "A l'époque, il n'y avait quasiment pas de chômage total, rappelle-t-elle. Là, c'est beaucoup plus violent : la quasi-totalité des secteurs sont plus ou moins touchés par le chômage partiel. Le vendredi, par exemple, on n'est pas loin de l'opération Entreprise morte."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Eco / Conso

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.