Virgin Megastore déposera le bilan ce mercredi

Virgin Megastore déposera le bilan ce mercredi et se mettre en cessation de paiement. Décision confirmée par la direction et les syndicats de l'enseigne à la suite d'un comité d'entreprise extraordinaire. La société qui emploie plus de 1.000 personnes en France accumule 22 millions d'euros de dettes. Elle n'arrive plus à payer ses loyers et ses fournisseurs. Les syndicats appellent les salariés à se mobiliser.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Après
l'intersyndicale lundi après-midi
, la direction de Virgin a elle aussi été
reçue ce mardi par la ministre de la Culture. Ce deuxième round du comité
d'entreprise extraordinaire a donc débuté avec retard ce mardi. Mais, sans surprise, les syndicats, puis direction ont annoncé le dépôt de bilan mercredi. L'intersyndicale a appelé à manifester le même jour à 13h devant l'enseigne des Champs Elysées à Paris.

22 millions d'euros de
dette : comment Virgin a pu en arriver là ? Pourquoi la direction n'a-t-elle pas tiré
la sonnette d'alarme avant de déposer le bilan ? Telles étaient les
interrogations d'Aurélie Filippetti. Des questions que partagent les syndicats.

La direction a
donné quelques détails sur cette dette qui plombe l'avenir du groupe. Trois mois de loyers impayés pour le magasin des Champs Elysées à Paris représenteraient huit des 22
millions d'euros. Pour justifier ces déboires financiers, la société d'investissements
française Butler Capital Partners qui détient Virgin depuis 2008, évoque la
concurrence des acteurs du web comme Amazon ou Apple.

Selon eux le marché
"virtuel" a eu la peau du marché "physique". "Virgin
traverse une période très difficile dans des marchés dont la crise s'accélère. Nous
avons beaucoup investi dans cette société. Nous avons tenté de redresser les
comptes"
, a justifié Laurent Parquet, le représentant de Butler Capital.

"Le dépôt de
bilan va permettre d'ouvrir de nouvelles solutions" (Laurent Parquet,
représentant de Butler Capital)

Une réponse
insuffisante pour les syndicats. Ils affichent leur détermination à ne pas voir
disparaître le distributeur de biens culturels qui emploie plus de 1.000
salariés. Et accusent Butler d'être responsable de la situation en ayant manqué
de stratégie. 

L'intersyndicale a donc décidé de ne pas se prononcer sur le projet de déclaration de cessation de paiement en raison de l'absence de soutien de Butler au volet social. "Notre grosse demande c'était qu'il (Butler CapitalPartners) prenne en charge financièrement le volet social detout ce qui potentiellement peut arriver suite à la cessation depaiement et on s'est heurté à une fin de non recevoir, Butler neveut pas verser un centime pour les salariés" , a déclaré GuyOlharan, secrétaire du comité d'entreprise et élu CGT.

"C'est l'administrateur judiciaire qui a entre des mains le sort de Virgin et de ses salariés" , a-t-il dit, accusant le fonds d'investissement de privilégier une vente à la découpe