Cet article date de plus de sept ans.

Magasins de bricolage : les syndicats signeront l'accord sur le travail dominical

Ce texte fait suite au décret autorisant l'ouverture des enseignes de bricolage le dimanche jusqu'à juillet 2015.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un employé de la chaîne Bricorama installe une bannière sur un magasin de Lille (Nord), le 3 janvier 2014. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

C'est sans doute la fin du débat sur le travail dominical dans les magasins de bricolage. Jeudi 23 janvier, les fédérations du commerce CFDT et CFTC ont annoncé qu'elles allaient signer l'accord sur les contreparties au travail du dimanche, conclu avec la Fédération des magasins de bricolage (FMB). 

"Nous serons signataires, ce qui entérine l'accord après l'annonce de signature de la CFTC", a confirmé Myriam Boudouma, de la fédération CFDT du commerce. La CFTC et la CFDT représentent à elles seules 49% des voix dans le secteur, alors qu'il suffit de 30% pour valider un accord. Ce texte fait suite à un décret autorisant l'ouverture des magasins de bricolage le dimanche jusqu'à juillet 2015.

Plusieurs garanties pour les salariés

La FMB, qui regroupe la plupart des grandes enseignes du secteur, propose plusieurs garanties pour les salariés travaillant le dimanche : volontariat, doublement au minimum de la rémunération, attribution d'un repos compensateur, engagements en termes d'emploi et d'accès à la formation.

Les syndicats avaient jusqu'à midi pour se prononcer sur ces propositions. Jeudi matin encore, le président de la fédération CFTC du commerce, Patrick Ertz, affirmait être "très réticent". Mais, après avoir obtenu auprès de la FMB une garantie sur "le très strict respect de la liste des magasins concernés par une ouverture le dimanche" et des avancées en matière de formation pour les salariés du week-end, le syndicat a décidé d'apposer sa signature au texte.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Travail le dimanche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.