Déconfinement : "Tous les sondages dans les entreprises montrent que les salariés ne veulent pas travailler le dimanche", assure la CGT

Amar Lagha, secrétaire général de la fédération commerce et service de la CGT, estime que les salariés de ce secteur "ont déja payé largement le tribut".  

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des passants devant des magasins à Mulhouse, en décembre 2020.  (JEAN-FRAN?OIS FREY / MAXPPP)

"On nous a déjà vendu cette sauce il y a quelques mois en arrière, on est face à un gouvernement qui veut généraliser le travail le dimanche", a dénoncé mercredi 12 mai sur franceinfo Amar Lagha, secrétaire général de la fédération commerce et service de la CGT. Elisabeth Borne, la ministre du Travail a indiqué ce mercredi que "des concertations" allaient "avoir lieu localement" sur ce dossier et Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, a jugé "la demande légitime". 

"On est face à un gouvernement qui joue sur la communication, a dénoncé Amar Lagha. Les femmes et les hommes qui travaillent dans le commerce ont payé largement le tribut. Et vous savez le remerciement pour ces secteurs-là ? Des plans sociaux, du temps partiel."

"70% des consommateurs sont favorables à ce que les magasins ouvrent le dimanche, mais quand vous leur demandez si eux veulent travailler le dimanche 75% des gens vous disent non. C'est toujours les autres."

Amar Lagha

à franceinfo

Même si le travail le dimanche doit se faire sur la base du volontariat, a rappelé Elisabeth Borne, Amar Lagha estime que "le volontariat n'existe pas, et les salariés l'ont bien compris. Tous les sondages dans les entreprises montrent que les salariés ne veulent pas travailler le dimanche. Les femmes et les hommes qui travaillent dans la grande distribution ont largement donné du temps, et pour les remercier aujourd'hui on leur dit de continuer à venir travailler le dimanche".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Travail le dimanche

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.