Des salariés manifestent pendant l'assemblée générale de Carrefour : "On est pire que sous-payés"

Lors de l'assemblée générale des actionnaires de Carrefour, ce vendredi à Aubervilliers, des salariés ont manifesté pour demander des augmentations de salaires. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des salariés de Carrefour manifestent devant le magasin d'Aix-en-Provence, le 8 février 2018. (PHOTO D'ILLUSTRATION / BORIS HORVAT / AFP)

Ils sont une quarantaine, chasuble rouge de la CGT sur les épaules, rassemblés devant l'entrée des "Docks de Paris" à Aubervilliers, vendredi 3 juin. À l'intérieur du bâtiment se tient l'assemblée générale des actionnaires de Carrefour, en présence de son PDG, Alexandre Bompard.

Jacques, l'un des salariés présents, débute : "À l'intérieur, ils vont se partager 400 millions de bénéfices. Nous voulons une meilleure répartition des richesses et nous voulons plus de moyens pour travailler. Ce sont les gens à la base qui produisent les richesses. Ceux qui sont là haut se partagent les millions.

>> L'inflation accélère en mai et atteint 5,2% sur un an, selon l'Insee

Accompagnée de la CFDT, la CGT a interpellé la direction concernant leur rémunération dans un contexte de forte inflation en France. "Ils donnent tout aux actionnaires et à nous, ils ne nous donnent presque rien, nous avons seulement des centimes", s'insurge Adélia. On est pire que sous-payés et on a des conditions de travail qui sont atroces. Là, ils sont en train de faire des économies sur le personnel." 

"Quand on voit ce que le PDG gagne et tout ce qu'il donne aux actionnaires, il y a vraiment de quoi avoir la grogne."

Adélia, salariée de Carrefour

à franceinfo

C'est là que le bât blesse : les salaires ont été rattrapés par l'inflation au point de se retrouver aujourd'hui sous le salaire minimum, explique Philippe Allard, le délégué CGT de groupe : "Avec l'inflation qui est à plus de 5,2% en un an, la majorité des employés de Carrefour sont payés en dessous du Smic depuis le 1er mai 2022. Nous savions dès le départ que les dés étaient pipés et que l'inflation allait rattraper les augmentations de salaires. C'est un véritable scandale que Carrefour, le premier employeur privé de France, paye ses salariés en dessous du Smic."

"Il n'y a pas du tout la moitié des salariés Carrefour qui sont sous le Smic horaire, ce serait contraire à la loi et à l'histoire construite par le groupe Carrefour", a répondu Alexandre Bompard. 

"300 années pour toucher un an de salaire du PDG"  

Les prochaines négociations salariales ne se tiendront qu'à l'automne. D'ici là, le PDG Alexandre Bompard aura, lui, gagné 7 millions d'euros en 2021. Une somme difficile à se représenter. Devant les manifestants, Philippe Allard a tenté cette image : "Un salarié doit travailler 300 années pour toucher un an de salaire de Bompard". 

Les petits actionnaires venus physiquement à l'assemblée générale n'ont pas semblé tellement réceptifs à ces arguments.

Des salariés de Carrefour manifestent pendant l'assemblée générale des actionnaires : le reportage de Guillaume Gaven
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Salaires des grands patrons

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.