"Je note ma boîte" : les salariés de Carrefour évaluent leur entreprise et ne lui donnent pas la moyenne

Fait rarissime en France, les salariés de Carrefour ont entrepris de noter leur entreprise. Le baromètre "Je note ma boîte", initiative de la CFDT, confirme le grand mécontentement des sondés, qui font part d'un épuisement physique et moral. Le groupe, de son côté, met en cause la méthodologie.

Article rédigé par
Caroline Félix - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une enseigne Carrefour à Sartrouville (Yvelines). (HUGO PASSARELLO LUNA / HANS LUCAS / AFP)

Des caissiers, des employés de la mise en rayon ou de l'accueil ont répondu à l'enquête "Je note ma boîte" lancée par la CFDT, le deuxième syndicat du groupe. Un questionnaire a été soumis à 3 000 des 80 000 salariés des hypermarchés et supermarchés entre janvier et juin 2021, et le résultat de ce baromètre est publié vendredi 24 septembre. Cette année, ils sont encore plus sévères avec leur entreprise : en 2020, Carrefour avait décroché un 4,5 sur 10, presque la moyenne. En 2021, c'est un 4,1 sur 10. "Insuffisant", dirait un professeur. 

Les salariés pointent la hausse de la charge de travail à cause des confinements dus à l'épidémie de Covid-19. "Il y a eu une grande fréquentation des magasins, confirme Sylvain Macé, délégué syndical CFDT pour le groupe. On a 83% des salariés dans l'enquête qui nous disent avoir constaté une très très forte augmentation de leur charge de travail. Et ensuite, les protections sont là, mais elles sont jugées insuffisantes."

Un plan de réduction des coûts

Pour Sylvain Macé, le problème, c'est aussi le maintien du plan de réduction de coûts, le plan Carrefour 2022. "L'entreprise a cherché à réduire ses effectifspoursuit Sylvain Macé. On a aussi mis en place des projets destinés à augmenter la vitesse de mise en rayon. Quand vous cumulez ces projets à un fort stress dû à la situation sanitaire, à un moment donné, trop c'est trop."

"Il va falloir des réponses, et on les espère les plus rapides possibles."

Sylvain Macé, délégué CFDT chez Carrefour

Deux tiers des personnes qui ont répondu au questionnaire font part d'un épuisement physique et moral. Ce baromètre va prochainement être présenté aux employés et à la direction. "Le but, c'est de faire prendre conscience de ce qu'il se passe dans ce qui était, en tout cas, jusqu'à présent la première entreprise privée de France et ne pas laisser les choses se dégrader", insiste le délégué syndical CFDT. Les salariés, eux, disent rester attachés à leur entreprise et à leurs collègues.

Dans un communiqué, le groupe Carrefour assure qu'il "va étudier le sondage réalisé par la CFDT" mais estime que "la méthodologie retenue ne permet pas d’en tirer des conclusions générales sur l’état d’esprit des salariés". "C’est un questionnaire interne réalisé en ligne ou par des représentants du personnel, qui est beaucoup plus restreint que la notation interne réalisée par le groupe qui figure dans son rapport annuel", ajoute le groupe, évoquant une note de "8,2/10" en 2021.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé au travail

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.