Rhône : une entreprise passe aux 32 heures et augmente ses salariés

Le secteur de la vente en ligne ne connaît pas la crise. Malgré la récession économique, l'entreprise LDLC ne renonce pas à son projet : passer à 32 heures par semaine tout en augmentant les salaires.

France 3

Ce sont les gagnants de la crise. Une plateforme de e-commerce, vendeur en ligne de haute technologie, a enregistré des chiffres record pendant le confinement. "On a connu des niveaux d'activité dignes de la saison d'hiver", explique Rémi Helmstetter, directeur logistique du groupe LDLC. Une aubaine pour les 1 000 salariés de l'entreprise.

"C'est un cercle vertueux"

Ils vont désormais travailler quatre jours par semaine, soit 32 heures, et ils seront augmentés de 2% en 2021. "Quand on est au téléphone et qu'on sourit, ça s'entend. Si les clients nous sentent bien, ils seront là plus nombreux et la boîte va gagner. C'est un gagnant-gagnant. Les équipes vont se sentir mieux parce qu'elles vont avoir moins de temps de travail et plus de jours pour se reposer, et au final, c'est un cercle vertueux", affirme Laurent de la Clergerie, président du groupe LDLC. Les salariés sont ravis, certains ne réalisent pas. "C'est surprenant, c'est inattendu", se réjouit un informaticien.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le secteur de la vente en ligne ne connait pas la crise. Malgré la récession économique, l\'entreprise LDLC ne renonce pas à son projet : passer à 32 heures par semaine tout en augmentant les salaires.
Le secteur de la vente en ligne ne connait pas la crise. Malgré la récession économique, l'entreprise LDLC ne renonce pas à son projet : passer à 32 heures par semaine tout en augmentant les salaires. (France 3)