Cet article date de plus de neuf ans.

Les bénéfices d'EADS ont explosé en 2011

Le géant européen de l'aéronautique, porté par les ventes d'avions et d'hélicoptères civils, dégage plus de 1 milliard d'euros d'excédent.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Louis Gallois, le président exécutif d'EADS, lors de la présentation des résultats 2011 du groupe, le 8 mars 2012 à Paris. (ERIC PIERMONT / AFP)

EADS est confiant pour 2012. Et pour cause : le géant européen de l'aéronautique et la défense a annoncé jeudi 8 mars un bénéfice net sans précédent pour 2011, en hausse de 87% à 1,03 milliard d'euros.

Le chiffre d'affaires du groupe a été tiré par les ventes d'avions et d'hélicoptères civils. Pour 2012, la maison mère de l'avionneur Airbus s'est fixé l'objectif ambitieux de le porter à 2,5 milliards, soit une nouvelle augmentation de près de 40%.

Succès du moyen-courrier A320NEO

Les prises de commandes, en hausse de 58% à 131 milliards en 2011, ont notamment bénéficié du succès du moyen-courrier A320NEO, remotorisé pour réduire la consommation de carburant, qui a été le best-seller de l'année.

Le carnet de commandes total atteint 540 milliards d'euros, soit plus de sept ans d'activités. "Tout est désormais prêt pour qu'EADS prenne son envol vers l'accroissement de la rentabilité", a déclaré Louis Gallois, président exécutif d'EADS, qui présente pour la dernière fois les résultats avant de passer la main cet été à Tom Enders, le patron d'Airbus.

Budgets militaires sous pression

Louis Gallois a toutefois souligné que l'évolution du groupe dépendrait de la réussite de son programme de nouveau long-courrier A350, mais aussi "de l'issue des discussions avec les gouvernements sur l'avenir des programmes d'équipements de défense".

Les budgets militaires sont sous pression dans tous les pays occidentaux. L'Allemagne, gros client des avions et hélicoptères militaires du groupe, a entrepris de renégocier ses commandes. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.