Cet article date de plus de neuf ans.

IBM veut supprimer jusqu'à 1 400 postes en France d'ici 2014, selon les syndicats

Le groupe informatique doit présenter un plan d'économie la semaine prochaine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un salarié d'IBM, masqué, porte un drapeau de la CGT, au centre de recherches IBM de La Gaude (Alpes-Maritimes), le 9 août 2012.  (ERIC GAILLARD / REUTERS)

Environ 14% des effectifs sont concernés. Le géant américain de l'informatique IBM va présenter, la semaine prochaine, un plan qui prévoit la suppression de 1 200 à 1 400 postes en France, selon les syndicats. "La direction a la volonté de supprimer entre 1 200 et 1 400 emplois directs sur deux ans", a affirmé jeudi 18 avril Gérard Chameau, délégué CFDT d'IBM. L'entreprise compte plus de 9 700 salariés dans le pays.

Les suppressions de postes devraient êtres réparties sur 2013 et 2014. Le groupe informatique pourrait éviter un plan social et recourir à un plan de départs volontaires et à la gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC). L'Unsa, premier syndicat chez IBM, a confirmé l'information. "On perd environ 500 personnes par an. Il y a quinze ans, nous étions 26 000", déplore Pierry Poquet, délégué central. "Si ce plan se confirme, il faut qu'IBM précise comment on pourra fonctionner avec autant d'emplois en moins", ajoute Christian Berveglieri, secrétaire du CCE et représentant de la CFE-CGC, deuxième syndicat chez IBM.

"Un état d'épuisement complet"

L'annonce des syndicats intervient alors qu'IBM a connu ces derniers mois plusieurs suicides faisant craindre à la CGT un "syndrome France Telecom". France 3 Côte d'Azur avait recueilli, en mars, les témoignages de salariés "mis dans un état d'épuisement et d'isolement complet".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Entreprises

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.