Groupe Vivarte : les syndicats redoutent la fermeture de centaines de boutiques

Frappé par un endettement colossal, le groupe Vivarte pourrait licencier plus de 1 000 salariés. Le point avec France 3.

FRANCE 3

Deux comités centraux ont lieu ce mardi 7 avril au siège de Vivarte, concernant la stratégie à adopter concernant les enseignes La Halle et André. Le groupe qui emploie 22 000 personnes connaît de graves difficultés financières. Les syndicats craignent la fermeture de centaines de boutiques, notamment parmi les plus grandes enseignes du groupe, La Halle, André et Kookaï. "Ça représente en gros 1 500 à 2 000 salariés, commente Jean-Louis Alfred, coordinateur CFDT au micro de France 3.

Une stratégie qui n'a pas payé

Le groupe Vivarte, aux mains de ses créanciers depuis l'été dernier, est frappé par un endettement colossal. Depuis plusieurs années, la stratégie du groupe avait été de développer des marques low-cost implantées en périphérie des villes, comme la Halle. Mais un changement de stratégie, comme le retour des boutiques en centre-ville et la montée en gamme des enseignes, couplés à un marché très concurrentiel ont précipité le groupe vers la banqueroute. 1 200 salariés de la marque pourraient être licenciés.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le siège du groupe Vivarte, dans le 19e arrondissement, à Paris, le 7 avril 2015. 
Le siège du groupe Vivarte, dans le 19e arrondissement, à Paris, le 7 avril 2015.  (MARC DANA / FRANCE 3)