Cet article date de plus d'onze ans.

Les experts-comptables de Fiducial prêts à reprendre Neo Sécurité pour 1 euro

Le leader de l'expertise-comptable voudrait diversifier son activité en reprenant la société de gardiennage qui doit être placée en liquidation judiciaire jeudi.

Article rédigé par franceinfo avec AFP et Reuters
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le numéro deux de la sécurité en France, Neo Sécurité, s'est déclaré en cessation de paiement, mardi 24 avril. (LOIC VENANCE / AFP)

Fiducial, leader français de l'expertise-comptable, est prêt à reprendre Neo Sécurité pour un euro symbolique. Le cabinet français s'engage à conserver les 5 100 salariés du numéro deux français de la sécurité, en cessation de paiement, rapporte lundi 30 avril Le Figaro Economie.

Le journal, qui cite plusieurs sources "au cœur du dossier", écrit que Bercy aimerait trouver une solution avant l'audience du tribunal correctionnel de Paris qui doit placer Neo Sécurité en redressement judiciaire jeudi. 

Cette reprise permettrait à Fiducial de poursuivre la diversification de ses activités de services aux entreprises, ajoute Le Figaro, précisant qu'une réunion a eu lieu dimanche à Bercy pour tenter de faire aboutir le projet. Les discussions sont "très avancées", indique le quotidien.

L'intervention du gouvernement

Le président candidat, Nicolas Sarkozy, a déclaré la semaine précédente que l'Etat était prêt à venir en aide à Neo Sécurité à condition que la gestion de la société de surveillance et gardiennage soit améliorée. 

Jeudi, le cabinet du ministre de l'Industrie, Eric Besson, a annoncé que le groupe suédois Securitas, numéro un européen des services de sécurité, s'est engagé, avec d'autres entreprises du secteur, à "examiner dès les prochains jours une offre de reprise" du français.

Dans un communiqué, le directeur de cabinet du ministre a également annoncé s'être entretenu avec "les présidents de plusieurs entreprises intéressées par la reprise", certaines évoluant dans "d'autre secteurs d'activité, ainsi que des fonds d'investissement."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.