Commerce : les barons de la franchise

Certaines entreprises familiales n'hésitent pas à parier sur les franchises de grands groupes de distribution. Et réussissent même à bâtir des fortunes colossales.

Voir la vidéo
France 2

L'un vend des vêtements, l'autre des pizzas. Deux hommes d'affaires partis de rien qui comptent dans leur région. La clé de leur succès ? Ils ont misés sur la franchise. Jacques Vuillermet possède 25 boutiques. Fabrice Dorie, lui, en a 10. Quand ce dernier marche, c'est souvent au pas de course. Il a lancé son premier établissement il y a près de vingt ans à Nantes (Loire-Atlantique). Aujourd'hui, ce magasin en franchise lui a coûté 300 000 €. C'est lui qui investit et il reste indépendant mais tout est prévu par la marque : publicité, décor, équipement. Résultat : un magasin facile à gérer et à dupliquer. En échange, il verse 10% de son chiffre d'affaires à la marque.

Des dettes et des horaires à rallonge

Jacques Vuillermet a commencé à Chambéry (Savoie) il y a trente ans, avec un petit magasin de quartier. Il lance huit petites boutiques puis se tourne vers la franchise. Lacoste, Esprit, Tommy Hilfiger... Chaque boutique coûte environ 700 000 €. Il emprunte à ses risques et périls. Il s'est beaucoup endetté, d'une "quinzaine de millions d'euros". Cela ne lui empêche néanmoins pas de dormir. Des dettes, des horaires à rallonge, mais une vie confortable pour ces patrons avec pour chacun, la maison dont ils avaient rêvé à leurs débuts.

Le JT
Les autres sujets du JT
La rue des Granges, dans le centre-ville de Besançon (Doubs), le 13 août 2018.
La rue des Granges, dans le centre-ville de Besançon (Doubs), le 13 août 2018. (MAXPPP)